Vous présentez 90 tirages de votre livre " Ma BelleGique " au Home Frit' Home. De quoi s'agit-il ?
...

Vous présentez 90 tirages de votre livre " Ma BelleGique " au Home Frit' Home. De quoi s'agit-il ? Au départ, ce sont des visuels créés pour le Théâtre des Doms à Avignon, travaillés autour des symboles belges détournés de toutes les manières. Et puis, avec le Home Frit' Home, on a noué une amitié autour de l'idée de la Belgique, frites et chicons (sourire), ce qui m'a amené à produire d'autres dessins réalisés en numérique. Comme du collage repeint digitalement. Sous l'empreinte surréaliste à la belge ? Totalement. Dans ses poèmes visuels, Marcel Duchamp accompagnait toujours ses images d'une phrase. Mon travail est surréaliste et pataphysique, au sens de l'objet impossible mais aussi pop par l'usage de la couleur : chacun des visuels vise aussi l'empire de la dérision, mot qui caractérise parfaitement la Belgique qui ne peut être aimée que d'une seule manière : à la folie ! Puisque c'est, précisément, un pays de fous. Vous faites un finissage de l'expo les 4 et 5 janvier dans ce lieu particulier qu'est Home Frit'Home : un sentiment ? L'endroit est dingue, entre cornets de frites et photographies de baraques des années 1930. J'aime l'idée de micro-musée, de gens qui font cela avec passion. On ne se prend pas au sérieux mais on fait les choses sérieusement, bien plus que certaines galeries et sans le côté " arty ". Ce sera un week-end portes ouvertes et il devrait y avoir beaucoup de monde, y compris des touristes étrangers auxquels j'expliquerai volontiers ce qu'est la Belgique.