Vous mettez sur pied depuis la mi-février une visite guidée d'un genre inhabituel de Bruxelles : pourquoi ?
...

Vous mettez sur pied depuis la mi-février une visite guidée d'un genre inhabituel de Bruxelles : pourquoi ? Il y a quelques années, un peu par hasard, à Washington DC, j'ai fait un Scandal Tour de la capitale américaine, en bus, animé par des comédiens. J'avais un peu oublié cette expérience. Et puis se sont produits les attentats de Bruxelles, comme si toutes les tuiles du monde s'abattaient sur la Belgique. J'étais un peu fâché que l'on ne veuille plus aller en ville. Tant qu'à faire, pourquoi ne pas ramener des visiteurs à Bruxelles en se moquant de ses travers ? Avec l'idée de tout baser sur des faits et des informations sérieuses : c'est du " citytelling". Quel est le parcours de ces travers ? Le bus part du parvis de Saint-Gilles pour arriver 90 minutes plus tard au Palais de Justice. En chemin, on passe par Uccle - où sont contées les turpitudes de l'ancien bourgmestre -, devant la maison d'Arthur, l'abbaye de la Cambre, un ancien dépôt de mendicité, ou encore devant le Parlement européen, le siège du cdH, la Cité administrative de l'Etat, etc. Quel est le dispositif ? Je suis associé avec Bernard Melchior, qui imite le Premier ministre ou Paul Magnette dont les voix passent en off dans le bus. Moi, je suis présent physiquement pour lancer d'autres sons - une chanson, une narration - dans le véhicule où 33 personnes peuvent prendre place. C'est un road show et du stand-up dans un bus.