"Après le conseil d'entreprise de ce mardi, la situation est toujours très tendue chez Lunch Garden et les travailleurs accusent le coup. Face à l'attitude scandaleuse de la direction, les organisations syndicales ont quitté la table des négociations", précisent les syndicats. La direction de la chaîne de restaurants avait annoncé en mars dernier la mise en place d'un nouveau plan d'entreprise, générant "de lourdes conséquences sur les conditions de travail du personnel", selon les syndicats. Ceux-ci fustigent aujourd'hui la décision prise par la direction de résilier tous les accords conclus depuis 1976. Les travailleurs de l'enseigne perdront ainsi les pauses repas rémunérées, les primes pour les ouvertures tardives ou encore les repas gratuits. La direction indiquait quant à elle mardi qu'elle avait pris la décision de supprimer des avantages historiques qui ne concernent que 12% des travailleurs, mais pour lesquels les frais salariaux sont supérieurs de 50% par rapport à la moyenne du secteur. (Belga)

"Après le conseil d'entreprise de ce mardi, la situation est toujours très tendue chez Lunch Garden et les travailleurs accusent le coup. Face à l'attitude scandaleuse de la direction, les organisations syndicales ont quitté la table des négociations", précisent les syndicats. La direction de la chaîne de restaurants avait annoncé en mars dernier la mise en place d'un nouveau plan d'entreprise, générant "de lourdes conséquences sur les conditions de travail du personnel", selon les syndicats. Ceux-ci fustigent aujourd'hui la décision prise par la direction de résilier tous les accords conclus depuis 1976. Les travailleurs de l'enseigne perdront ainsi les pauses repas rémunérées, les primes pour les ouvertures tardives ou encore les repas gratuits. La direction indiquait quant à elle mardi qu'elle avait pris la décision de supprimer des avantages historiques qui ne concernent que 12% des travailleurs, mais pour lesquels les frais salariaux sont supérieurs de 50% par rapport à la moyenne du secteur. (Belga)