Brussels Airlines a d'urgence besoin d'un soutien public. La compagnie aérienne, dont l'essentiel de la flotte est cloué au sol par la pandémie de coronavirus, peut encore financièrement tenir environ jusqu'à la fin mai. La compagnie aérienne a frappé à la porte du gouvernement fédéral pour demander un soutien financier. Il serait question d'un montant, non confirmé, de 290 millions d'euros.

Dans sa lettre, le CEO du groupe allemand (Lufthansa, Swiss, Austrian, Brussels Airlines et Eurowings) entend clarifier un certain nombre de points. Il y souligne notamment l'importance de rester rentable et de conserver "notre position concurrentielle en tant que groupe". Le fait que les Allemands indiquent vouloir conserver le groupe Lufthansa tel qu'il est et donc ne pas vouloir laisser partir Brussels Airlines n'est pas sans importance. Les intentions de la maison-mère allemande par rapport à la compagnie belge n'ont pas toujours été très claires dans le passé.

Dans sa missive, le CEO de Lufthansa souligne encore qu'une éventuelle aide d'État pour Brussels Airlines ne serait utilisée qu'au profit de Brussels Airlines.

Brussels Airlines a d'urgence besoin d'un soutien public. La compagnie aérienne, dont l'essentiel de la flotte est cloué au sol par la pandémie de coronavirus, peut encore financièrement tenir environ jusqu'à la fin mai. La compagnie aérienne a frappé à la porte du gouvernement fédéral pour demander un soutien financier. Il serait question d'un montant, non confirmé, de 290 millions d'euros.Dans sa lettre, le CEO du groupe allemand (Lufthansa, Swiss, Austrian, Brussels Airlines et Eurowings) entend clarifier un certain nombre de points. Il y souligne notamment l'importance de rester rentable et de conserver "notre position concurrentielle en tant que groupe". Le fait que les Allemands indiquent vouloir conserver le groupe Lufthansa tel qu'il est et donc ne pas vouloir laisser partir Brussels Airlines n'est pas sans importance. Les intentions de la maison-mère allemande par rapport à la compagnie belge n'ont pas toujours été très claires dans le passé. Dans sa missive, le CEO de Lufthansa souligne encore qu'une éventuelle aide d'État pour Brussels Airlines ne serait utilisée qu'au profit de Brussels Airlines.