Le nombre de Bruxellois âgés de plus de 50 ans a plus que triplé depuis dix ans, tandis que leur taux de chômage a doublé, passant de 10 pc en 2002 à près de 20 pc en 2012. Une tendance qui s'explique par des facteurs réglementaires (modification du régime des pensions, ...), démographiques et économiques, selon Actiris. D'un point de vue démographique, Bruxelles a enregistré ces cinq dernières années une croissance de sa population âgée de 45 à 64 ans plus rapide (+10,9 pc) que l'ensemble de la Belgique (+7,5 pc). La conjoncture économique a elle frappé la Région bruxelloise tout comme le reste du pays: les travailleurs âgés sont plus exposés aux risques de licenciements et les possibilités de sortir du chômage se réduisent sensiblement en fonction de l'âge, explique Actiris. Par contre, le nombre d'actifs âgés de 45 à 64 ans a augmenté en cinq ans de 15,5 pc en Région bruxelloise, contre +12,8 pc sur l'ensemble du territoire. Néanmoins, en cinq ans, seul le taux d'emploi des plus de 55 ans a connu une augmentation (de l'ordre de 4 pc) qui résulte de la croissance globale de la population appartenant à cette classe d'âge, précise Actiris. Les taux de chômage des Bruxellois de plus de 45 ans sont eux 3 à 4 fois plus élevés qu'en Wallonie et en Flandre, un chiffre qui s'explique essentiellement par un "moindre recours aux prépensions à Bruxelles, en raison notamment de la faible part de l'industrie dans le tissu sectoriel bruxellois", indique Actiris. (Belga)

Le nombre de Bruxellois âgés de plus de 50 ans a plus que triplé depuis dix ans, tandis que leur taux de chômage a doublé, passant de 10 pc en 2002 à près de 20 pc en 2012. Une tendance qui s'explique par des facteurs réglementaires (modification du régime des pensions, ...), démographiques et économiques, selon Actiris. D'un point de vue démographique, Bruxelles a enregistré ces cinq dernières années une croissance de sa population âgée de 45 à 64 ans plus rapide (+10,9 pc) que l'ensemble de la Belgique (+7,5 pc). La conjoncture économique a elle frappé la Région bruxelloise tout comme le reste du pays: les travailleurs âgés sont plus exposés aux risques de licenciements et les possibilités de sortir du chômage se réduisent sensiblement en fonction de l'âge, explique Actiris. Par contre, le nombre d'actifs âgés de 45 à 64 ans a augmenté en cinq ans de 15,5 pc en Région bruxelloise, contre +12,8 pc sur l'ensemble du territoire. Néanmoins, en cinq ans, seul le taux d'emploi des plus de 55 ans a connu une augmentation (de l'ordre de 4 pc) qui résulte de la croissance globale de la population appartenant à cette classe d'âge, précise Actiris. Les taux de chômage des Bruxellois de plus de 45 ans sont eux 3 à 4 fois plus élevés qu'en Wallonie et en Flandre, un chiffre qui s'explique essentiellement par un "moindre recours aux prépensions à Bruxelles, en raison notamment de la faible part de l'industrie dans le tissu sectoriel bruxellois", indique Actiris. (Belga)