Le principal grief des patrons bruxellois concerne la mobilité. Pour plus de 77% d'entre eux, la suppression de 20.000 places de parking ne va pas régler les problèmes de circulation. Ils réclament également une simplification administrative, un allégement des charges sociales patronales et une amélioration de la qualité de l'enseignement. Le baromètre du Beci indique également une augmentation du taux d'attraction de la Wallonie auprès des employeurs bruxellois. Il atteint cette année 11% contre seulement 7% en 2011. "La Wallonie est plus convaincante que par le passé. L'idée d'un redressement économique de la Wallonie fait son chemin. Les gens sont plus inquiets de l'évolution de la Flandre", exlique Olivier Willocx, administrateur du Beci. (OSA)

Le principal grief des patrons bruxellois concerne la mobilité. Pour plus de 77% d'entre eux, la suppression de 20.000 places de parking ne va pas régler les problèmes de circulation. Ils réclament également une simplification administrative, un allégement des charges sociales patronales et une amélioration de la qualité de l'enseignement. Le baromètre du Beci indique également une augmentation du taux d'attraction de la Wallonie auprès des employeurs bruxellois. Il atteint cette année 11% contre seulement 7% en 2011. "La Wallonie est plus convaincante que par le passé. L'idée d'un redressement économique de la Wallonie fait son chemin. Les gens sont plus inquiets de l'évolution de la Flandre", exlique Olivier Willocx, administrateur du Beci. (OSA)