Le plan de centralisation prévoit une réduction du nombre d'implantations. "Le management veut réaffecter le personnel sans son assentiment", a déploré Roland Vansaingele, secrétaire général de la CGSP AMiO. "C'est malsain. Nous nous mobilisons en nombre car nous demandons à la direction d'entamer un véritable dialogue social". Le personnel du service public fédéral Finances regrette également la suppression de postes au profit de l'informatisation de la gestion des dossiers. "En 18 ans, nous avons perdu 700 agents des finances alors que le nombre de dossiers à traiter ne cesse d'augmenter. Dans ces conditions, nous ne pouvons plus mener à bien notre mission de service public", a constaté Claudine Coupienne, présidente francophone de la CSC Finances. Les syndicats ont déjà rencontré la direction de manière informelle, mais sans succès. "Nous voulons lui montrer que le personnel se défendra bec et ongles pour son avenir", a encore souligné Roland Vansaingele. (MUA)

Le plan de centralisation prévoit une réduction du nombre d'implantations. "Le management veut réaffecter le personnel sans son assentiment", a déploré Roland Vansaingele, secrétaire général de la CGSP AMiO. "C'est malsain. Nous nous mobilisons en nombre car nous demandons à la direction d'entamer un véritable dialogue social". Le personnel du service public fédéral Finances regrette également la suppression de postes au profit de l'informatisation de la gestion des dossiers. "En 18 ans, nous avons perdu 700 agents des finances alors que le nombre de dossiers à traiter ne cesse d'augmenter. Dans ces conditions, nous ne pouvons plus mener à bien notre mission de service public", a constaté Claudine Coupienne, présidente francophone de la CSC Finances. Les syndicats ont déjà rencontré la direction de manière informelle, mais sans succès. "Nous voulons lui montrer que le personnel se défendra bec et ongles pour son avenir", a encore souligné Roland Vansaingele. (MUA)