Le travail étudiant explose depuis le début de la crise économique et surtout en dehors des périodes de vacances scolaires, s'inquiète la FGTB. "Il a en effet augmenté de 23% depuis 2008, dont 16% depuis la mise en oeuvre de la réforme il y a un an. Un nombre important de jeunes passent sous contrat étudiant (5% des 16% d'augmentation) alors qu'ils étaient sous contrat de travail l'année précédente, ce qui est très préoccupant." Par ailleurs, l'autorisation du travail étudiant durant toute l'année entraîne la substitution des contrats étudiants aux contrats classiques, par exemple dans le cas dans la distribution ou l'horeca, souligne le syndicat socialiste. "On évolue dès lors vers des emplois moins chers, plus flexibles et qui n'ouvrent aucun droits sociaux au niveau du chômage ou de la pension." La FGTB évalue le manque de cotisations à la suite de la réforme du travail étudiant à 7 millions d'euros. (Belga)

Le travail étudiant explose depuis le début de la crise économique et surtout en dehors des périodes de vacances scolaires, s'inquiète la FGTB. "Il a en effet augmenté de 23% depuis 2008, dont 16% depuis la mise en oeuvre de la réforme il y a un an. Un nombre important de jeunes passent sous contrat étudiant (5% des 16% d'augmentation) alors qu'ils étaient sous contrat de travail l'année précédente, ce qui est très préoccupant." Par ailleurs, l'autorisation du travail étudiant durant toute l'année entraîne la substitution des contrats étudiants aux contrats classiques, par exemple dans le cas dans la distribution ou l'horeca, souligne le syndicat socialiste. "On évolue dès lors vers des emplois moins chers, plus flexibles et qui n'ouvrent aucun droits sociaux au niveau du chômage ou de la pension." La FGTB évalue le manque de cotisations à la suite de la réforme du travail étudiant à 7 millions d'euros. (Belga)