Les libraires indépendants rencontrent divers problèmes. "La politique des éditeurs, voulant favoriser les abonnements en offrant des cadeaux, etc., semble fonctionner", précise Edwin Wolfs. "Les ventes au numéro chutent. Par ailleurs, l'idée s'est répandue dans la population qu'il ne faut pas payer pour avoir accès à l'information: on lit des articles sur internet, ou on se tourne vers un journal gratuit." Le chiffre d'affaires des diffuseurs de presse (un total d'1,62 milliard d'euros en 2012 pour les magasins spécialisés) est essentiellement basé sur trois produits-phares que sont la presse, mais aussi les jeux de loterie et le tabac. Or, la consommation de tabac baisse et le jeu en ligne semble de plus en plus favorisé pour les produits de la Loterie nationale et les paris, note l'étude. Publiée jeudi dans son trimestriel "Carrefour de l'Economie", l'étude a été remise à la commission de la Chambre chargée de se pencher sur la problématique des libraires indépendants. Dans le même effort, le SPF s'est fait "facilitateur" en créant en février dernier une commission "diffuseurs de presse indépendants". Ce groupe rassemble tous les mois des représentants des trois acteurs. "Cette commission devra rendre un rapport au parlement tous les 6 mois", précise Chantal De Pauw, porte-parole du SPF Economie. (Belga)

Les libraires indépendants rencontrent divers problèmes. "La politique des éditeurs, voulant favoriser les abonnements en offrant des cadeaux, etc., semble fonctionner", précise Edwin Wolfs. "Les ventes au numéro chutent. Par ailleurs, l'idée s'est répandue dans la population qu'il ne faut pas payer pour avoir accès à l'information: on lit des articles sur internet, ou on se tourne vers un journal gratuit." Le chiffre d'affaires des diffuseurs de presse (un total d'1,62 milliard d'euros en 2012 pour les magasins spécialisés) est essentiellement basé sur trois produits-phares que sont la presse, mais aussi les jeux de loterie et le tabac. Or, la consommation de tabac baisse et le jeu en ligne semble de plus en plus favorisé pour les produits de la Loterie nationale et les paris, note l'étude. Publiée jeudi dans son trimestriel "Carrefour de l'Economie", l'étude a été remise à la commission de la Chambre chargée de se pencher sur la problématique des libraires indépendants. Dans le même effort, le SPF s'est fait "facilitateur" en créant en février dernier une commission "diffuseurs de presse indépendants". Ce groupe rassemble tous les mois des représentants des trois acteurs. "Cette commission devra rendre un rapport au parlement tous les 6 mois", précise Chantal De Pauw, porte-parole du SPF Economie. (Belga)