"Alors que ces chèques doivent permettre l'achat de produits écologiques, il semble que tous types de produits peuvent être achetés par leurs biais, y compris les produits non-respectueux de l'environnement. En outre, les commerçants ne sont pas fans du tout des éco-chèques, vu les coûts que les éditeurs leur imputent pour l'encaissement de ces chèques. Les travailleurs ne semblent eux non plus apprécier ces chèques, vu que beaucoup revendent leurs éco-chèques sur des sites de seconde main tels que eBay et Kapaza", estime le SNI. "La suppression des éco-chèques entraînerait une simplification administrative dont tout le monde profiterait. Aussi bien les employeurs que les travailleurs et les commerçants. Le SNI demande d'en faire de même avec les chèques-repas. Au lieu de donner mensuellement un certain nombre de chèques au travailleurs, le montant net serait alors directement versé sur le compte du travailleur", conclut le SNI. (Belga)

"Alors que ces chèques doivent permettre l'achat de produits écologiques, il semble que tous types de produits peuvent être achetés par leurs biais, y compris les produits non-respectueux de l'environnement. En outre, les commerçants ne sont pas fans du tout des éco-chèques, vu les coûts que les éditeurs leur imputent pour l'encaissement de ces chèques. Les travailleurs ne semblent eux non plus apprécier ces chèques, vu que beaucoup revendent leurs éco-chèques sur des sites de seconde main tels que eBay et Kapaza", estime le SNI. "La suppression des éco-chèques entraînerait une simplification administrative dont tout le monde profiterait. Aussi bien les employeurs que les travailleurs et les commerçants. Le SNI demande d'en faire de même avec les chèques-repas. Au lieu de donner mensuellement un certain nombre de chèques au travailleurs, le montant net serait alors directement versé sur le compte du travailleur", conclut le SNI. (Belga)