Le syndicat socialiste des employés et des cadres en Wallonie dit constater que les dossiers qui lui sont chers "patinent". Et de citer l'indexation automatique des salaires, les négociations dans les secteurs et les entreprises, l'harmonisation des statuts ouvriers et employés, etc. Le SETCa wallon se demande quelle position le PS défendra dans ces dossiers, regrettant les "régressions importantes malheureusement engrangées", comme par exemple la dégressivité des allocations de chômage ou les prépensions. "Depuis plus d'un an, le PS cautionne l'austérité pour les travailleurs et allocataires sociaux", affirme le syndicat. "Nous voulons que les lignes bougent, que ceux qui ont créé la crise paient", insiste l'organisation, ajoutant que la manifestation de jeudi, qui a rassemblé 40.000 personnes, devait être considérée comme un signal clair. Jeudi matin, Paul Magnette et son homologue du sp.a Bruno Tobback avaient demandé par presse interposée à la FGTB/ABVV de "faire preuve d'honnêteté" en reconnaissant les actions de "résistance" de leur parti au gouvernement. Dans les colonnes de SudPresse, M. Magnette déclarait que "le PS évite au gouvernement de changer de cap dans le mauvais sens. On a dit non à ceux qui voulaient reculer l'âge de la pension ou remettre en cause l'index". Le président du PS demandait aussi à la FGTB d'avoir "l'honnêteté de reconnaître que le rapport de forces ne nous est pas favorable (...) Nous avons fait la démonstration que notre capacité de résistance paie." (CHN)

Le syndicat socialiste des employés et des cadres en Wallonie dit constater que les dossiers qui lui sont chers "patinent". Et de citer l'indexation automatique des salaires, les négociations dans les secteurs et les entreprises, l'harmonisation des statuts ouvriers et employés, etc. Le SETCa wallon se demande quelle position le PS défendra dans ces dossiers, regrettant les "régressions importantes malheureusement engrangées", comme par exemple la dégressivité des allocations de chômage ou les prépensions. "Depuis plus d'un an, le PS cautionne l'austérité pour les travailleurs et allocataires sociaux", affirme le syndicat. "Nous voulons que les lignes bougent, que ceux qui ont créé la crise paient", insiste l'organisation, ajoutant que la manifestation de jeudi, qui a rassemblé 40.000 personnes, devait être considérée comme un signal clair. Jeudi matin, Paul Magnette et son homologue du sp.a Bruno Tobback avaient demandé par presse interposée à la FGTB/ABVV de "faire preuve d'honnêteté" en reconnaissant les actions de "résistance" de leur parti au gouvernement. Dans les colonnes de SudPresse, M. Magnette déclarait que "le PS évite au gouvernement de changer de cap dans le mauvais sens. On a dit non à ceux qui voulaient reculer l'âge de la pension ou remettre en cause l'index". Le président du PS demandait aussi à la FGTB d'avoir "l'honnêteté de reconnaître que le rapport de forces ne nous est pas favorable (...) Nous avons fait la démonstration que notre capacité de résistance paie." (CHN)