A un an d'écart, le PIB belge au troisième trimestre s'inscrit toutefois en baisse de 0,3%. Pour le deuxième trimestre 2012, l'ICN confirme le recul du PIB belge, corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, de 0,5% par rapport au trimestre précédent et de 0,3% à un an d'écart. "La diminution de la valeur ajoutée a touché toutes les branches, avec toutefois une ampleur différente : par rapport au trimestre précédent, le recul est le plus prononcé dans l'industrie (-1,8%) et est moindre dans les services (-0,3%) et la construction (-0,2%)", souligne l'ICN. Toutes les composantes de la demande intérieure (ménages, dépenses publiques et entreprises) se sont inscrites en retrait. Pénalisées par la faible demande domestique, les importations de biens et de services se sont contractées davantage (-1,1 %) que les exportations (-0,6 %), de sorte que la contribution du solde extérieur à la croissance a été positive (+0,4 %), souligne encore l'ICN. Lors des trois premiers mois de 2012, la croissance avait atteint un maigre 0,2% par rapport au quatrième trimestre 2011 et 0,4% par rapport aux trois premiers mois de 2011. (JAV)

A un an d'écart, le PIB belge au troisième trimestre s'inscrit toutefois en baisse de 0,3%. Pour le deuxième trimestre 2012, l'ICN confirme le recul du PIB belge, corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, de 0,5% par rapport au trimestre précédent et de 0,3% à un an d'écart. "La diminution de la valeur ajoutée a touché toutes les branches, avec toutefois une ampleur différente : par rapport au trimestre précédent, le recul est le plus prononcé dans l'industrie (-1,8%) et est moindre dans les services (-0,3%) et la construction (-0,2%)", souligne l'ICN. Toutes les composantes de la demande intérieure (ménages, dépenses publiques et entreprises) se sont inscrites en retrait. Pénalisées par la faible demande domestique, les importations de biens et de services se sont contractées davantage (-1,1 %) que les exportations (-0,6 %), de sorte que la contribution du solde extérieur à la croissance a été positive (+0,4 %), souligne encore l'ICN. Lors des trois premiers mois de 2012, la croissance avait atteint un maigre 0,2% par rapport au quatrième trimestre 2011 et 0,4% par rapport aux trois premiers mois de 2011. (JAV)