Soulignant que le groupe avait muté de conglomérat diversifié en un groupe chimique, Evonik explique que la nouvelle structure administrative qu'il veut dessiner est destinée à s'adapter à cette situation. Ce programme d'économies entraînera une réduction "des dépenses en matériel et personnel", et donc des suppressions de postes, a ajouté le groupe, sans préciser le nombre de postes visés. Selon le quotidien économique Handelsblatt paru mardi, citant des sources industrielles, le groupe, qui compte quelque 33.000 salariés à travers le monde, entend supprimer 1.000 emplois. Le conseil de surveillance d'Evonik, réuni lundi, a aussi décidé de réduire la taille de son comité de direction qui passera de six à quatre membres, toujours dans un souci de réduire ses dépenses. Le groupe dispose d'une dizaine d'unités de production à Anvers, où il emploie 1.051 personnes. (Belga)

Soulignant que le groupe avait muté de conglomérat diversifié en un groupe chimique, Evonik explique que la nouvelle structure administrative qu'il veut dessiner est destinée à s'adapter à cette situation. Ce programme d'économies entraînera une réduction "des dépenses en matériel et personnel", et donc des suppressions de postes, a ajouté le groupe, sans préciser le nombre de postes visés. Selon le quotidien économique Handelsblatt paru mardi, citant des sources industrielles, le groupe, qui compte quelque 33.000 salariés à travers le monde, entend supprimer 1.000 emplois. Le conseil de surveillance d'Evonik, réuni lundi, a aussi décidé de réduire la taille de son comité de direction qui passera de six à quatre membres, toujours dans un souci de réduire ses dépenses. Le groupe dispose d'une dizaine d'unités de production à Anvers, où il emploie 1.051 personnes. (Belga)