La loi du 3 juillet 1978 imposait au travailleur de s'abstenir, tant au cours du contrat de travail qu'après la cessation de celui-ci, de " divulguer " des " secrets de fabrication ou d'affaires ", ainsi que le secret de toute affaire à caractère personnel ou confidentiel dont il aurait eu connaissance dans l'exercice de son activité professionnelle. Les notions de " secrets de fabrication " et de " secrets d'affaires " n'y étaient cependant pas définies.
...