Vialegis vient de racheter Schollmeyer & Steidl, un cabinet indépendant spécialisé dans la recherche et l'embauche de juristes. Cette acquisition est une étape importante dans la stratégie d'internationalisation de Vialegis, qui domine le marché belge du recrutement de profils juridiques et du legal interim. " Notre objectif est de devenir le leader européen du secteur ", ambitionne Philippe Jadoul, le CEO.

La PME, qui emploie 16 personnes en Belgique, veut créer un réseau européen de cabinets de ressources humaines spécialisés dans le domaine du droit. Elle est déjà active en Espagne (cinq consultants) et au Luxembourg (deux consultants). Pour son expansion, elle privilégie l'acquisition de structures comparables à son antenne belge. C'est dans ce cadre que Vialegis intègre Schollmeyer & Steidl, un bureau qui fait partie du top trois du secteur du recrutement juridique en Allemagne, et qui emploie 15 personnes.

Le cabinet allemand n'est pas encore actif sur le créneau très porteur du legal interim. Vialegis compte y remédier en développant cette activité, qui consiste à placer des juristes pour des contrats de plusieurs mois dans des entreprises ou des cabinets d'avocats. Ce marché est en pleine explosion chez Vialegis, où il a progressé de 25 % cette année. " Les clients sont de plus en plus en demande de flexibilité pour leurs profils juridiques ", explique Philippe Jadoul. Les juristes intérimaires sont appelés pour pallier une absence de longue durée ou pour répondre à un afflux de travail lié à un projet d'envergure. Cette augmentation de la demande sur le marché du legal interim permettra à Vialegis de réaliser un chiffre d'affaires sur la Belgique d'environ 13 millions d'euros en 2018 (11 millions en 2017), estime Philippe Jadoul.

Synergies

Vialegis, qui fait partie du groupe House of HR, compte poursuivre son expansion européenne vers les Pays-Bas, la France et la Suisse. La société belge espère s'implanter dans ces trois pays d'ici l'année prochaine. " Il n'y a pas encore d'acteur européen spécialisé dans le recrutement de profils juridiques. Nous avons donc une opportunité à saisir ", souligne Philippe Jadoul. Même si les marchés des ressources humaines restent majoritairement nationaux, un réseau européen permet d'envisager des synergies intéressantes, explique le CEO : " Une partie de nos clients sont actifs dans plusieurs pays : c'est le cas des cabinets d'avocats internationaux, des multinationales ou des banques. " De plus, pour certaines fonctions, les clients cherchent des profils internationaux, ce qui sera facilité par un réseau européen. Enfin, les systèmes informatiques et les best practices pourront être mis en commun.