Afin d'avoir l'esprit tranquille, pensez à préparer cette visite de manière optimale. Dès lors, il est essentiel pour l'employeur de connaître ses droits, ses obligations ainsi que celles de l'inspecteur social.
...

Afin d'avoir l'esprit tranquille, pensez à préparer cette visite de manière optimale. Dès lors, il est essentiel pour l'employeur de connaître ses droits, ses obligations ainsi que celles de l'inspecteur social. L'inspecteur social a le droit de pénétrer librement, à toute heure du jour et de la nuit, au sein d'une entreprise. Toutefois, l'employeur a toujours le droit de demander à l'inspecteur, lorsqu'il ne le fait pas spontanément, de justifier son identité. Ce dernier a le droit de se rendre dans tous les lieux de travail et autres lieux qui sont soumis à son contrôle. Ou encore dans des endroits où il peut supposer que des personnes - soumises aux dispositions de la législation dont il exerce la surveillance - travaillent. En revanche, l'accès aux espaces habités est soumis à des conditions plus strictes. Lorsque l'espace est effectivement et habituellement habité, les droits de l'inspecteur social sont en effet limités. En général, il annonce sa visite quelques semaines à l'avance. Il peut également transmettre la liste des informations qu'il souhaite consulter lors de sa visite mais il ne s'agit pas d'une obligation. Les inspecteurs peuvent étudier tous les supports d'information, à condition que ceux-ci contiennent soit des données sociales soit des renseignements établis, tenus ou conservés en vertu de la législation. Ils ont également le droit de saisir ces documents ainsi que des biens mobiliers lorsqu'ils l'estiment nécessaire aux fins de constat des infractions ou lorsque le danger existe que de nouvelles infrac-tions soient commises avec ces biens. Les compétences de l'inspecteur sont donc très étendues, ce qui est susceptible d'entraver la poursuite des activités d'une entreprise. Lorsqu'il s'avère impossible de parvenir à une solution avec l'inspecteur, en transmettant des copies ou en utilisant un système de back-up par exemple, l'employeur peut toujours s'adresser au président du tribunal du travail. Les inspecteurs ont le droit d'interroger non seulement l'employeur mais aussi les travailleurs. En effet, ils peuvent interroger toute personne dont ils estiment l'audition nécessaire sur tout fait dont la connaissance est utile à l'exercice de la surveillance. Afin de ne pas entraver le contrôle et de gagner l'avis favorable de l'inspecteur, il est conseillé de lui réserver un accueil correct et d'apporter un soutien constructif dans le cadre de ce contrôle. Oui, chaque employeur a le droit de se faire assister. Une bonne préparation d'un contrôle annoncé est une étape essentielle. Afin d'assurer un bon suivi, la présence d'un spécialiste peut être conseillée. En général, l'inspecteur social n'a aucune objection à ce que l'entreprise contrôlée se fasse accompagner. Au contraire, il considérera cet accompagnement plutôt comme une plus-value. Par Jan Van Bellinghen, Senior Legal Consultant chez Partena Porfessional.