"La loi prévoit que les autorités judiciaires prennent à leur compte une partie des frais et nous rétribuent pour nos recherches", font valoir les opérateurs. "On nous a bien fait comprendre que pour cette année, les caisses étaient déjà vides", ajoutent-ils. Le gouvernement, lui, a commandé à l'IBPT, le gendarme des télécoms, une consultation publique pour objectiver les dépenses et refixer les rétributions dues par le fédéral. Il ambitionne une diminution globale de 50%. Mais les opérateurs font valoir que l'élargissement récent du stockage des données aux e-mails va faire croître le nombre de sollicitations et d'enquêtes. (Belga)

"La loi prévoit que les autorités judiciaires prennent à leur compte une partie des frais et nous rétribuent pour nos recherches", font valoir les opérateurs. "On nous a bien fait comprendre que pour cette année, les caisses étaient déjà vides", ajoutent-ils. Le gouvernement, lui, a commandé à l'IBPT, le gendarme des télécoms, une consultation publique pour objectiver les dépenses et refixer les rétributions dues par le fédéral. Il ambitionne une diminution globale de 50%. Mais les opérateurs font valoir que l'élargissement récent du stockage des données aux e-mails va faire croître le nombre de sollicitations et d'enquêtes. (Belga)