En janvier 2009, la direction avait confirmé le licenciement de neuf personnes en raison du contexte difficile traversé par le milieu de l'imprimerie, concurrencé notamment par le numérique. Pour le patron de l'entreprise, il s'agissait "d'une gestion saine de l'entreprise" mais les employés de l'entreprise craignaient que cette décision soit une première étape vers un licenciement collectif. Lundi, la direction a confirmé cette demande à la suite d'un jugement rendu par le tribunal du commerce de Tournai. "Les coûts fixes de l'activité étant particulièrement importants, l'adaptation des coûts variables ne permet pas d'enrayer la chute des marges opérationnelles", informe l'entreprise via communiqué. Cette procédure de réorganisation dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises "devrait permettre au management de mettre en place des mesures qui s'imposent pour une réorganisation profonde de l'entreprise et pour une réduction de l'ensemble de ses coûts de fonctionnement". (Belga)

En janvier 2009, la direction avait confirmé le licenciement de neuf personnes en raison du contexte difficile traversé par le milieu de l'imprimerie, concurrencé notamment par le numérique. Pour le patron de l'entreprise, il s'agissait "d'une gestion saine de l'entreprise" mais les employés de l'entreprise craignaient que cette décision soit une première étape vers un licenciement collectif. Lundi, la direction a confirmé cette demande à la suite d'un jugement rendu par le tribunal du commerce de Tournai. "Les coûts fixes de l'activité étant particulièrement importants, l'adaptation des coûts variables ne permet pas d'enrayer la chute des marges opérationnelles", informe l'entreprise via communiqué. Cette procédure de réorganisation dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises "devrait permettre au management de mettre en place des mesures qui s'imposent pour une réorganisation profonde de l'entreprise et pour une réduction de l'ensemble de ses coûts de fonctionnement". (Belga)