"Il s'agit d'un coup de semonce. Si le gouvernement veut prendre le risque de casser la perspective d'un meilleur statut commun pour les employés et les ouvriers, il sera responsable de toutes les conséquences et aura à payer le prix fort de la paix sociale", avertit la CNE dans un communiqué. Par ailleurs, des "actions urgentes" ne sont pas exclues d'ici le 25 avril, "si le gouvernement devait annoncer des mesures néfastes aux intérêts des travailleurs", ajoute le syndicat dont le préavis d'actions et de grève courra du 15 avril au 8 juillet, date à laquelle l'harmonisation des statuts doit devenir réalité. "Nous serons particulièrement attentifs aux projets et décisions du gouvernement concernant cette harmonisation, qui doit se faire à la hausse et améliorer la situation de tous les travailleurs, particulièrement en ce qui concerne la protection contre le licenciement, la durée des préavis étant en effet le véritable noeud de ce dossier", explique encore la CNE. (KAV)

"Il s'agit d'un coup de semonce. Si le gouvernement veut prendre le risque de casser la perspective d'un meilleur statut commun pour les employés et les ouvriers, il sera responsable de toutes les conséquences et aura à payer le prix fort de la paix sociale", avertit la CNE dans un communiqué. Par ailleurs, des "actions urgentes" ne sont pas exclues d'ici le 25 avril, "si le gouvernement devait annoncer des mesures néfastes aux intérêts des travailleurs", ajoute le syndicat dont le préavis d'actions et de grève courra du 15 avril au 8 juillet, date à laquelle l'harmonisation des statuts doit devenir réalité. "Nous serons particulièrement attentifs aux projets et décisions du gouvernement concernant cette harmonisation, qui doit se faire à la hausse et améliorer la situation de tous les travailleurs, particulièrement en ce qui concerne la protection contre le licenciement, la durée des préavis étant en effet le véritable noeud de ce dossier", explique encore la CNE. (KAV)