Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 216,40 points à 13.784,17 points, enregistrant son recul le plus important sur une séance depuis novembre, et le Nasdaq, à dominante technologique, a abandonné 45,57 points à 3.116,25 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 a cédé 1,83% (-27,75 points) à 1.487,87 points. Après avoir démarré en trombe, le Dow Jones se hissant même dans la matinée à un nouveau sommet en cinq ans, à 14.081,58 points, la place financière a radicalement changé de direction, entraînée dans un mouvement massif de ventes d'actions. En cause, pour de nombreux investisseurs, les premiers résultats du scrutin italien qui laissaient entrevoir la possibilité de chambres législatives à majorités opposées dans la troisième économie de la zone euro, faisant obstacle à la formation d'un gouvernement. Au-delà de l'Italie, influait également la perspective de l'entrée en vigueur vendredi de coupes budgétaires massives, d'environ 85 milliards de dollars, dans le budget américain, faute d'un accord, peu probable, au Congrès d'ici-là. Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 1,895% contre 1,967% vendredi soir et celui à 30 ans à 3,090% contre 3,155%. (AUM)

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 216,40 points à 13.784,17 points, enregistrant son recul le plus important sur une séance depuis novembre, et le Nasdaq, à dominante technologique, a abandonné 45,57 points à 3.116,25 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 a cédé 1,83% (-27,75 points) à 1.487,87 points. Après avoir démarré en trombe, le Dow Jones se hissant même dans la matinée à un nouveau sommet en cinq ans, à 14.081,58 points, la place financière a radicalement changé de direction, entraînée dans un mouvement massif de ventes d'actions. En cause, pour de nombreux investisseurs, les premiers résultats du scrutin italien qui laissaient entrevoir la possibilité de chambres législatives à majorités opposées dans la troisième économie de la zone euro, faisant obstacle à la formation d'un gouvernement. Au-delà de l'Italie, influait également la perspective de l'entrée en vigueur vendredi de coupes budgétaires massives, d'environ 85 milliards de dollars, dans le budget américain, faute d'un accord, peu probable, au Congrès d'ici-là. Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 1,895% contre 1,967% vendredi soir et celui à 30 ans à 3,090% contre 3,155%. (AUM)