Les importations de l'Union européenne en provenance du Royaume-Uni se sont effondrées de 18% sur un an au premier semestre, après l'accord commercial post-Brexit et son application au 1er janvier, selon des statistiques officielles européennes publiées vendredi.

Selon Eurostat, les exportations britanniques vers l'UE, en valeur, ont chuté de 18,2% sur les six premiers mois de l'année, par rapport à la même période de 2020. Des chiffres qui contrastent avec les performances dévoilées jeudi par le Bureau national des statistiques, qui avait affirmé que les exportations de biens vers l'UE, hors métaux précieux, avaient été supérieures en mai et juin à leur niveau d'avant le Brexit.

Les administrations européenne et britannique utilisent des méthodologies différentes pour mesurer le commerce transfrontalier, ce qui peut conduire à des évaluations divergentes. En sens inverse, les exportations de l'UE vers le Royaume-Uni ont gonflé de 5,5% sur un an au premier semestre, selon Eurostat.

En conséquence, l'excédent commercial des Vingt-Sept avec leur voisin d'outre-Manche a bondi à 69,6 milliards d'euros sur la période, contre 47,8 milliards au premier semestre de l'année précédente.

Parmi les dix principaux partenaires commerciaux de l'UE, le Royaume-Uni (au 3e rang) fait figure d'exception: tous les autres (Chine, Etats-Unis, Suisse, Russie, Turquie, Japon, Norvège, Corée du sud et Inde) ont vu leurs exportations vers le bloc européen augmenter. En sens inverse, les exportations de l'UE ont progressé à destination de chacun de ces dix pays.

Dans l'ensemble, les statistiques d'Eurostat font état d'une envolée de 22,3% des exportations européennes en juin sur un an, à 188,3 milliards d'euros. Dans le même temps, les importations de l'UE grimpaient de 29,6% à 173,5 milliards d'euros.

Les importations de l'Union européenne en provenance du Royaume-Uni se sont effondrées de 18% sur un an au premier semestre, après l'accord commercial post-Brexit et son application au 1er janvier, selon des statistiques officielles européennes publiées vendredi. Selon Eurostat, les exportations britanniques vers l'UE, en valeur, ont chuté de 18,2% sur les six premiers mois de l'année, par rapport à la même période de 2020. Des chiffres qui contrastent avec les performances dévoilées jeudi par le Bureau national des statistiques, qui avait affirmé que les exportations de biens vers l'UE, hors métaux précieux, avaient été supérieures en mai et juin à leur niveau d'avant le Brexit. Les administrations européenne et britannique utilisent des méthodologies différentes pour mesurer le commerce transfrontalier, ce qui peut conduire à des évaluations divergentes. En sens inverse, les exportations de l'UE vers le Royaume-Uni ont gonflé de 5,5% sur un an au premier semestre, selon Eurostat. En conséquence, l'excédent commercial des Vingt-Sept avec leur voisin d'outre-Manche a bondi à 69,6 milliards d'euros sur la période, contre 47,8 milliards au premier semestre de l'année précédente. Parmi les dix principaux partenaires commerciaux de l'UE, le Royaume-Uni (au 3e rang) fait figure d'exception: tous les autres (Chine, Etats-Unis, Suisse, Russie, Turquie, Japon, Norvège, Corée du sud et Inde) ont vu leurs exportations vers le bloc européen augmenter. En sens inverse, les exportations de l'UE ont progressé à destination de chacun de ces dix pays. Dans l'ensemble, les statistiques d'Eurostat font état d'une envolée de 22,3% des exportations européennes en juin sur un an, à 188,3 milliards d'euros. Dans le même temps, les importations de l'UE grimpaient de 29,6% à 173,5 milliards d'euros.