Jens Spahn a en particulier manifesté sa préoccupation devant la situation sur l'île espagnole de Majorque, la principale de l'archipel des Baléares, un lieu de villégiature particulièrement prisé des Allemands, au point qu'ils la surnomment "la 17e région" de leur pays, qui compte 16 Länder.

Les Allemands représentent 27% des vacanciers aux Baléares, un archipel où le tourisme pèse 35% du PIB.

Un journal local a dénoncé un "chaos", le Mallorca Zeitung, en langue allemande, regrettant que "c'était comme si personne n'avait jamais entendu parler de la pandémie".

"Les images que nous avons vues ce week-end de l'île préférée des Allemands, Majorque, m'inquiètent", a déclaré M. Spahn lors d'une conférence de presse organisée avec l'Institut Robert Koch, chargé en Allemagne de la veille épidémiologique.

"Nous devons faire très attention" à ce que les Baléares ne "deviennent pas un second Ischgl", une station de ski autrichienne qui comporte de nombreux bars et était devenue cet hiver un important foyer européen de contamination au Covid-19, a prévenu le ministre.

Plusieurs vidéos ont montré des dizaines de touristes allemands ou britanniques, parfois ivres, faire bruyamment la fête dans les rues de Majorque, sans porter de masque ni respecter de distance de précaution.

"Je ne suis pas ici pour gâcher le plaisir... mais ce n'est pas le moment de faire ça", a martelé le ministre.

"La menace d'une seconde vague est réelle", a jugé M. Spahn, qui craint notamment une nouvelle hausse des cas en Allemagne au retour des touristes de vacances ailleurs en Europe.

L'Allemagne comptait lundi 198.963 cas officiellement recensés d'infections au nouveau coronavirus (+159 en 24 heures) et 9.064 décès (+1), selon l'institut Robert Koch

Jens Spahn a en particulier manifesté sa préoccupation devant la situation sur l'île espagnole de Majorque, la principale de l'archipel des Baléares, un lieu de villégiature particulièrement prisé des Allemands, au point qu'ils la surnomment "la 17e région" de leur pays, qui compte 16 Länder.Les Allemands représentent 27% des vacanciers aux Baléares, un archipel où le tourisme pèse 35% du PIB.Un journal local a dénoncé un "chaos", le Mallorca Zeitung, en langue allemande, regrettant que "c'était comme si personne n'avait jamais entendu parler de la pandémie"."Les images que nous avons vues ce week-end de l'île préférée des Allemands, Majorque, m'inquiètent", a déclaré M. Spahn lors d'une conférence de presse organisée avec l'Institut Robert Koch, chargé en Allemagne de la veille épidémiologique."Nous devons faire très attention" à ce que les Baléares ne "deviennent pas un second Ischgl", une station de ski autrichienne qui comporte de nombreux bars et était devenue cet hiver un important foyer européen de contamination au Covid-19, a prévenu le ministre.Plusieurs vidéos ont montré des dizaines de touristes allemands ou britanniques, parfois ivres, faire bruyamment la fête dans les rues de Majorque, sans porter de masque ni respecter de distance de précaution."Je ne suis pas ici pour gâcher le plaisir... mais ce n'est pas le moment de faire ça", a martelé le ministre."La menace d'une seconde vague est réelle", a jugé M. Spahn, qui craint notamment une nouvelle hausse des cas en Allemagne au retour des touristes de vacances ailleurs en Europe.L'Allemagne comptait lundi 198.963 cas officiellement recensés d'infections au nouveau coronavirus (+159 en 24 heures) et 9.064 décès (+1), selon l'institut Robert Koch