L'action perdait 6,44% à 100 dollars à la mi-séance. Le 787, dernier né de Boeing, avait été interdit de vol dans le monde pendant plus de trois mois en début d'année à cause de deux problèmes survenus à bord sur ces avions en deux semaines en janvier: une surchauffe incontrôlable au Japon et un départ de feu aux Etats-Unis. "Nous avons du personnel de Boeing sur le terrain à Heathrow et nous cherchons à comprendre entièrement (ce qui s'est passé) et à y faire face", a commenté un porte-parole du groupe joint par l'AFP, alors que tous les vols étaient suspendus à l'aéroport londonien, l'un des plus gros du monde. L'avion n'avait aucun passager à bord, "il n'y a donc aucun blessé", selon une porte-parole de l'aéroport. (Belga)

L'action perdait 6,44% à 100 dollars à la mi-séance. Le 787, dernier né de Boeing, avait été interdit de vol dans le monde pendant plus de trois mois en début d'année à cause de deux problèmes survenus à bord sur ces avions en deux semaines en janvier: une surchauffe incontrôlable au Japon et un départ de feu aux Etats-Unis. "Nous avons du personnel de Boeing sur le terrain à Heathrow et nous cherchons à comprendre entièrement (ce qui s'est passé) et à y faire face", a commenté un porte-parole du groupe joint par l'AFP, alors que tous les vols étaient suspendus à l'aéroport londonien, l'un des plus gros du monde. L'avion n'avait aucun passager à bord, "il n'y a donc aucun blessé", selon une porte-parole de l'aéroport. (Belga)