Le 29 octobre dernier, la direction de l'usine avait informé les travailleurs de son intention de licencier une soixantaine d'entre eux, arguant une diminution de la demande et le transfert de la production vers d'autres sites du groupe. Lors de la phase d'information de la procédure Renault, à présent terminée, les travailleurs ont eu l'occasion de poser les questions qu'ils souhaitaient sur les causes exactes de ce licenciement collectif et sur ce qui avait été mis en place pour pallier la diminution de commandes. Syndicats et direction se revoient le 28 pour discuter des pistes les plus acceptables pour les cinquante-sept ouvriers et les cinq employés, dont notamment celles des prépensions et des départs volontaires. (PVO)

Le 29 octobre dernier, la direction de l'usine avait informé les travailleurs de son intention de licencier une soixantaine d'entre eux, arguant une diminution de la demande et le transfert de la production vers d'autres sites du groupe. Lors de la phase d'information de la procédure Renault, à présent terminée, les travailleurs ont eu l'occasion de poser les questions qu'ils souhaitaient sur les causes exactes de ce licenciement collectif et sur ce qui avait été mis en place pour pallier la diminution de commandes. Syndicats et direction se revoient le 28 pour discuter des pistes les plus acceptables pour les cinquante-sept ouvriers et les cinq employés, dont notamment celles des prépensions et des départs volontaires. (PVO)