Au contraire, la décennie 2008-2017 devrait voir évoluer les prix en dessous de l'inflation en moyenne, ce qui signifiera une correction réelle. Et, pour ING, cette baisse devrait s'enclencher en 2015 justement.

Si la banque tient ce discours, c'est parce que l'année 2014 a été mitigée avec une baisse du nombre de transactions (malgré une flambée en septembre-octobre en Flandre) et un essoufflement de l'évolution des prix. Ce résultat apparaît un peu paradoxal, vu que les trois moteurs du marché (de faibles taux d'intérêt, une épargne moyenne mobilisable et une fiscalité intéressante) sont restés jusqu'ici inchangés.

Néanmoins, le transfert du bonus logement aux régions au 1er janvier 2015 et l'annonce de changements ont été "sous-estimés" selon la banque. Et ils vont montrer leurs pleins effets l'an prochain.

Au contraire, la décennie 2008-2017 devrait voir évoluer les prix en dessous de l'inflation en moyenne, ce qui signifiera une correction réelle. Et, pour ING, cette baisse devrait s'enclencher en 2015 justement. Si la banque tient ce discours, c'est parce que l'année 2014 a été mitigée avec une baisse du nombre de transactions (malgré une flambée en septembre-octobre en Flandre) et un essoufflement de l'évolution des prix. Ce résultat apparaît un peu paradoxal, vu que les trois moteurs du marché (de faibles taux d'intérêt, une épargne moyenne mobilisable et une fiscalité intéressante) sont restés jusqu'ici inchangés. Néanmoins, le transfert du bonus logement aux régions au 1er janvier 2015 et l'annonce de changements ont été "sous-estimés" selon la banque. Et ils vont montrer leurs pleins effets l'an prochain.