Dans son arrêt, le Conseil d'État juge que la motivation du permis ne permet pas de comprendre les raisons pour lesquelles la Région de Bruxelles-Capitale l'a accordé, en s'écartant notamment des avis "fermement défavorables" de la Commission royale des monuments et sites, en particulier, concernant "le nouveau volume contemporain" projeté au-dessus des façades remarquables de la place De Brouckère.

Debrouckère Development, agissant pour le compte du promoteur Immobel, avait déposé en 2020 une demande de permis visant la rénovation de l'îlot compris entre la place de Brouckère, la rue des Augustins, la rue des Hirondelles et la rue de Laeken. Soit l'ensemble du pâté face à l'hôtel Métropole, à l'exception du complexe cinématographique de l'UGC De Brouckère, ce qui en faisait l'un des projets immobiliers les plus importants de ces dernières années dans le centre de Bruxelles, avec la construction d'un hôtel de 145 chambres et des immeubles de logement dont 183 appartements et 129 logements étudiants.

Dans son arrêt, le Conseil d'État juge que la motivation du permis ne permet pas de comprendre les raisons pour lesquelles la Région de Bruxelles-Capitale l'a accordé, en s'écartant notamment des avis "fermement défavorables" de la Commission royale des monuments et sites, en particulier, concernant "le nouveau volume contemporain" projeté au-dessus des façades remarquables de la place De Brouckère. Debrouckère Development, agissant pour le compte du promoteur Immobel, avait déposé en 2020 une demande de permis visant la rénovation de l'îlot compris entre la place de Brouckère, la rue des Augustins, la rue des Hirondelles et la rue de Laeken. Soit l'ensemble du pâté face à l'hôtel Métropole, à l'exception du complexe cinématographique de l'UGC De Brouckère, ce qui en faisait l'un des projets immobiliers les plus importants de ces dernières années dans le centre de Bruxelles, avec la construction d'un hôtel de 145 chambres et des immeubles de logement dont 183 appartements et 129 logements étudiants.