"Comme on travaille avec des engins dangereux, il n'était pas prudent de continuer l'abattage alors que le site était occupé", explique Jean-Louis Mazy, administrateur d'Universalis Park. "A partir du moment où votre terrain privé est envahi, vous faites appel à la police pour déloger les gens qui s'y trouvent. La manière de le faire est laissée à l'appréciation de la police."

Jean-Louis Mazy défend vouloir rester dans la légalité. "Un PPAS (plan particulier d'Affectation du Sol) est en train d'être rédigé par la commune d'Ixelles. Il sera soumis à enquête publique. (...)

L'urbanisme est un secteur où le dialogue citoyen est organisé. La plus belle preuve est qu'on a retiré le premier projet pour l'adapter aux remarques faites durant la concertation. La concertation permet de faire mûrir les projets. Il faut voir s'ils sont dans une opposition pure et dure ou s'ils sont constructifs."

Il assure que les logements futurs seront des logements moyens vendus à 3.200 euros le mètre carré, et non des logements de luxe dont les prix au mètre carré dépassent à Ixelles les 4.500 euros.

"Comme on travaille avec des engins dangereux, il n'était pas prudent de continuer l'abattage alors que le site était occupé", explique Jean-Louis Mazy, administrateur d'Universalis Park. "A partir du moment où votre terrain privé est envahi, vous faites appel à la police pour déloger les gens qui s'y trouvent. La manière de le faire est laissée à l'appréciation de la police." Jean-Louis Mazy défend vouloir rester dans la légalité. "Un PPAS (plan particulier d'Affectation du Sol) est en train d'être rédigé par la commune d'Ixelles. Il sera soumis à enquête publique. (...) L'urbanisme est un secteur où le dialogue citoyen est organisé. La plus belle preuve est qu'on a retiré le premier projet pour l'adapter aux remarques faites durant la concertation. La concertation permet de faire mûrir les projets. Il faut voir s'ils sont dans une opposition pure et dure ou s'ils sont constructifs." Il assure que les logements futurs seront des logements moyens vendus à 3.200 euros le mètre carré, et non des logements de luxe dont les prix au mètre carré dépassent à Ixelles les 4.500 euros.