"Bank of America a étendu l'examen des dossiers de saisie à tous les 50 Etats : nous cesserons les ventes sur saisie jusqu'à ce que cet examen soit bien terminé", a indiqué Dan Frahm, un porte-parole de BoA, dans un communiqué. Tout en précisant que, pour le moment, "les examens en cours montrent que les fondements des décisions passées sur les saisies sont exact".

La semaine dernière, Bank of America, la plus grande banque du pays par les actifs, avait annoncé la suspension dans 23 Etats de saisies immobilières en cours, sans en préciser le nombre, pour s'assurer qu'elles ont suivi "des procédures correctes". Elle imitait le rival JPMorgan Chase, qui avait aussi reconnu que, dans certains cas, des employés de ses activités de saisies "pourraient avoir signé des déclarations sur des documents liés à des prêts sur la foi d'examens réalisés par d'autres employés, sans vérifier personnellement ces dossiers".

Ally Bank avait été la première banque à reconnaître des "erreurs de procédure" dans la signature de déclarations requises pour certaines saisies, et le fait que ces documents avaient parfois été signés "sans connaissance personnelle du dossier".

Trends.be, avec Belga

"Bank of America a étendu l'examen des dossiers de saisie à tous les 50 Etats : nous cesserons les ventes sur saisie jusqu'à ce que cet examen soit bien terminé", a indiqué Dan Frahm, un porte-parole de BoA, dans un communiqué. Tout en précisant que, pour le moment, "les examens en cours montrent que les fondements des décisions passées sur les saisies sont exact".La semaine dernière, Bank of America, la plus grande banque du pays par les actifs, avait annoncé la suspension dans 23 Etats de saisies immobilières en cours, sans en préciser le nombre, pour s'assurer qu'elles ont suivi "des procédures correctes". Elle imitait le rival JPMorgan Chase, qui avait aussi reconnu que, dans certains cas, des employés de ses activités de saisies "pourraient avoir signé des déclarations sur des documents liés à des prêts sur la foi d'examens réalisés par d'autres employés, sans vérifier personnellement ces dossiers".Ally Bank avait été la première banque à reconnaître des "erreurs de procédure" dans la signature de déclarations requises pour certaines saisies, et le fait que ces documents avaient parfois été signés "sans connaissance personnelle du dossier".Trends.be, avec Belga