Près d'un jeune sur deux souhaite acheter une maison habitable tandis qu'un sur cinq veut acheter et rénover une maison, 14% veulent construire une maison et 13% acheter un appartement. Paradoxalement, 49% des jeunes reconnaissent qu'il sera impossible plus tard d'avoir un logement avant la quarantaine.

La crise se fait fortement ressentir: 45% des Belges n'ont pas confiance en l'avenir, contre 30% l'an dernier. Ils se montrent inquiets concernant le bonus logement, la hausse des taxes et impôts, le coût élevé de l'énergie ainsi que les suppressions des primes publiques et des avantages fiscaux. "Les gens n'abandonnent pas leur rêve de brique dans le ventre mais le reconfigurent autrement. Dans un marché marqué par l'incertitude, la propriété est un refuge", a analysé Nicolas Bernard, professeur de l'Université Saint-Louis spécialisé dans le logement.

Actuellement, le secteur du bâtiment est marqué par une forte hausse des demandes de permis de bâtir à la suite de l'annonce des changements de mesures de performance énergétique ainsi que par une augmentation des crédits hypothécaires en raison des changements annoncés concernant le bonus logement. "Le marché n'est pas sorti de la crise, c'est seulement un effet ponctuel", souligne Stefan Hallez.

Près d'un jeune sur deux souhaite acheter une maison habitable tandis qu'un sur cinq veut acheter et rénover une maison, 14% veulent construire une maison et 13% acheter un appartement. Paradoxalement, 49% des jeunes reconnaissent qu'il sera impossible plus tard d'avoir un logement avant la quarantaine. La crise se fait fortement ressentir: 45% des Belges n'ont pas confiance en l'avenir, contre 30% l'an dernier. Ils se montrent inquiets concernant le bonus logement, la hausse des taxes et impôts, le coût élevé de l'énergie ainsi que les suppressions des primes publiques et des avantages fiscaux. "Les gens n'abandonnent pas leur rêve de brique dans le ventre mais le reconfigurent autrement. Dans un marché marqué par l'incertitude, la propriété est un refuge", a analysé Nicolas Bernard, professeur de l'Université Saint-Louis spécialisé dans le logement. Actuellement, le secteur du bâtiment est marqué par une forte hausse des demandes de permis de bâtir à la suite de l'annonce des changements de mesures de performance énergétique ainsi que par une augmentation des crédits hypothécaires en raison des changements annoncés concernant le bonus logement. "Le marché n'est pas sorti de la crise, c'est seulement un effet ponctuel", souligne Stefan Hallez.