L'arrêt suspensif pris par le Conseil d'Etat le 19 juin dernier suite au recours introduit par Hammerson PLC et Eiffage Development avait fait craindre le pire pour l'important projet de réaménagement du plateau du Heysel.

D'autant que, suite à cet arrêt, les plaignants n'avaient pas manqué d'introduire dans la foulée un recours en annulation contre la décision de la Ville de Bruxelles d'attribuer le marché NE0 1 au consortium rival mené par Unibail-Rodamco.

"Le Collège a pris jeudi dernier une nouvelle décision conforme aux enseignements du Conseil d'Etat. Ce dernier ne remet pas en cause l'ensemble de la procédure mais seulement l'expression de certaines motivations. Dans sa nouvelle décision, le Collège précise ses motivations en les mettant en parfaite concordance avec les cotations attribuées aux candidats", argue-t-on à la Ville de Bruxelles, dont les conseils (Stibbe et Deloitte notamment) ont rapidement travaillé pour reprendre la main.

Le marché public NEO 1 est ainsi à nouveau attribué au même consortium. Au grand dam des plaignants, qui n'excluaient pas d'introduire un nouveau recours en suspension contre la dernière décision du Collège.

Philippe Coulée

L'arrêt suspensif pris par le Conseil d'Etat le 19 juin dernier suite au recours introduit par Hammerson PLC et Eiffage Development avait fait craindre le pire pour l'important projet de réaménagement du plateau du Heysel. D'autant que, suite à cet arrêt, les plaignants n'avaient pas manqué d'introduire dans la foulée un recours en annulation contre la décision de la Ville de Bruxelles d'attribuer le marché NE0 1 au consortium rival mené par Unibail-Rodamco. "Le Collège a pris jeudi dernier une nouvelle décision conforme aux enseignements du Conseil d'Etat. Ce dernier ne remet pas en cause l'ensemble de la procédure mais seulement l'expression de certaines motivations. Dans sa nouvelle décision, le Collège précise ses motivations en les mettant en parfaite concordance avec les cotations attribuées aux candidats", argue-t-on à la Ville de Bruxelles, dont les conseils (Stibbe et Deloitte notamment) ont rapidement travaillé pour reprendre la main. Le marché public NEO 1 est ainsi à nouveau attribué au même consortium. Au grand dam des plaignants, qui n'excluaient pas d'introduire un nouveau recours en suspension contre la dernière décision du Collège. Philippe Coulée