Il s'agit du projet phare du contrat de quartier durable "Petite Senne", qui prévoit la création d'un espace public, d'une crèche, de logements intergénérationnels et d'ateliers, ainsi que le réaménagement du quai.

Cette Grande halle s'implante dans une ancienne halle industrielle construite au début des années 1920. Elle offre un espace couvert qui donne sur une butte de terre plantée d'herbe rase et d'arbres indigènes à haute tige en intérieur d'îlot.

"La Grande halle va transformer le visage de la rive droite du canal et apporter une nouvelle dynamique dans le quartier Heyvaert", a souligné Catherine Moureaux. "Elle prévoit en effet l'aménagement d'un espace public, partiellement couvert, permettant l'organisation d'activités culturelles, sportives ou festives, qui contribuera à l'animation et à la convivialité du quartier". La nouvelle liaison entre le quai et la rue Heyvaert sera réservée aux piétons et aux cyclistes. Une crèche francophone pour 72 enfants sera également construite en intérieur d'îlot.

Le quai de l'Industrie sera quant à lui complètement réaménagé pour devenir un espace de rencontre, entre la rue de Gosselies et la rue de Liverpool, avec un accès direct au canal. Les deux grues surplombant le canal, vestiges du passé industriel de la halle, seront restaurées.

"Les habitants et les associations ont pris part aux différentes étapes de la conception du projet, depuis l'esquisse jusqu'au dépôt de la demande de permis d'urbanisme", a fait valoir Jef Van Damme.

Le montant des travaux s'élève à 7.771.000 euros. Ceux-ci devraient se terminer au printemps 2021.

Parmi les autres interventions prévues dans cet îlot, les bâtiments voisins de la Grande halle seront détruits pour être remplacés par une nouvelle construction, qui accueillera des espaces pour des associations au rez-de-chaussée ainsi que huit logements intergénérationnels et un logement de concierge aux étages. Ces travaux sont estimés à 5.446.800 euros. La future infrastructure culturelle portée par Beliris et l'immeuble de logements qui sera construit via une opération privée seront reliés à l'espace public par une servitude de passage.

Il s'agit du projet phare du contrat de quartier durable "Petite Senne", qui prévoit la création d'un espace public, d'une crèche, de logements intergénérationnels et d'ateliers, ainsi que le réaménagement du quai. Cette Grande halle s'implante dans une ancienne halle industrielle construite au début des années 1920. Elle offre un espace couvert qui donne sur une butte de terre plantée d'herbe rase et d'arbres indigènes à haute tige en intérieur d'îlot. "La Grande halle va transformer le visage de la rive droite du canal et apporter une nouvelle dynamique dans le quartier Heyvaert", a souligné Catherine Moureaux. "Elle prévoit en effet l'aménagement d'un espace public, partiellement couvert, permettant l'organisation d'activités culturelles, sportives ou festives, qui contribuera à l'animation et à la convivialité du quartier". La nouvelle liaison entre le quai et la rue Heyvaert sera réservée aux piétons et aux cyclistes. Une crèche francophone pour 72 enfants sera également construite en intérieur d'îlot. Le quai de l'Industrie sera quant à lui complètement réaménagé pour devenir un espace de rencontre, entre la rue de Gosselies et la rue de Liverpool, avec un accès direct au canal. Les deux grues surplombant le canal, vestiges du passé industriel de la halle, seront restaurées. "Les habitants et les associations ont pris part aux différentes étapes de la conception du projet, depuis l'esquisse jusqu'au dépôt de la demande de permis d'urbanisme", a fait valoir Jef Van Damme. Le montant des travaux s'élève à 7.771.000 euros. Ceux-ci devraient se terminer au printemps 2021. Parmi les autres interventions prévues dans cet îlot, les bâtiments voisins de la Grande halle seront détruits pour être remplacés par une nouvelle construction, qui accueillera des espaces pour des associations au rez-de-chaussée ainsi que huit logements intergénérationnels et un logement de concierge aux étages. Ces travaux sont estimés à 5.446.800 euros. La future infrastructure culturelle portée par Beliris et l'immeuble de logements qui sera construit via une opération privée seront reliés à l'espace public par une servitude de passage.