La société BVI.BE (Wommelgem) a donc obtenu gain de cause, au grand dam du cdH wavrien, lequel redoute des conséquences néfastes pour le commerce dans le centre de Wavre. En plus de ce volet commercial, le dossier soumis à l'enquête publique en juin 2017 prévoyait notamment un bâtiment pour PME, et le collège communal soutenait ce projet "qualitatif et dynamique".

En octobre dernier, le fonctionnaire délégué de l'urbanisme et le fonctionnaire des implantations commerciales avaient cependant refusé l'octroi du permis intégré sollicité par le promoteur. Le volet commercial du projet prévoyait six ou sept cellules commerciales pour une superficie de 9.000 m2 sur l'ancien site de Mitra, le long du boulevard de l'Europe. Des enseignes vendant de l'électroménager, de la décoration et des produits lourds (bricolage, mobilier de jardin...) étaient annoncées. Après démolition des bâtiments actuels, le promoteur envisageait aussi un bâtiment pour PME, un bâtiment logistique, un showroom et un espace de coworking.

"Nous regrettons l'arrêté du ministre Jeholet, qui met en péril le développement et l'existence même du commerce en centre-ville à Wavre. Les enseignes qui s'installeront dans ce nouveau centre commercial vendront des produits qui concurrenceront directement ceux des magasins du centre-ville et de sa périphérie (...) Notre inquiétude est renforcée par une série d'avis et de recommandations exprimées par des bureaux d'études et organismes indépendants, et qui vont tous à contresens de la décision d'accorder le permis", a réagi lundi le conseiller communal cdH wavrien Benoit Thoreau (opposition).

La société BVI.BE (Wommelgem) a donc obtenu gain de cause, au grand dam du cdH wavrien, lequel redoute des conséquences néfastes pour le commerce dans le centre de Wavre. En plus de ce volet commercial, le dossier soumis à l'enquête publique en juin 2017 prévoyait notamment un bâtiment pour PME, et le collège communal soutenait ce projet "qualitatif et dynamique".En octobre dernier, le fonctionnaire délégué de l'urbanisme et le fonctionnaire des implantations commerciales avaient cependant refusé l'octroi du permis intégré sollicité par le promoteur. Le volet commercial du projet prévoyait six ou sept cellules commerciales pour une superficie de 9.000 m2 sur l'ancien site de Mitra, le long du boulevard de l'Europe. Des enseignes vendant de l'électroménager, de la décoration et des produits lourds (bricolage, mobilier de jardin...) étaient annoncées. Après démolition des bâtiments actuels, le promoteur envisageait aussi un bâtiment pour PME, un bâtiment logistique, un showroom et un espace de coworking. "Nous regrettons l'arrêté du ministre Jeholet, qui met en péril le développement et l'existence même du commerce en centre-ville à Wavre. Les enseignes qui s'installeront dans ce nouveau centre commercial vendront des produits qui concurrenceront directement ceux des magasins du centre-ville et de sa périphérie (...) Notre inquiétude est renforcée par une série d'avis et de recommandations exprimées par des bureaux d'études et organismes indépendants, et qui vont tous à contresens de la décision d'accorder le permis", a réagi lundi le conseiller communal cdH wavrien Benoit Thoreau (opposition).