La ministre l'a indiqué mercredi au Parlement flamand en réponse à une question d'un député de la N-VA, Wilfried Vandaele. Ce dernier s'étonnait de ce que certaines zones concernées par le décret l'appliquent aussi aux immeubles anciens, en contradiction selon lui avec l'esprit de la mesure. D'après lui, cette situation plonge "plusieurs centaines de milliers de personnes dans l'incertitude".

Mme Van den Bossche a admis que le décret est censé s'appliquer uniquement aux nouvelles constructions et aux terrains à bâtir. Elle s'est déclarée prête à clarifier les choses.

Baptisé "Wonen in eigen streek" ("Habiter dans sa région"), le décret vise à limiter les hausses de prix de l'immobilier dans certaines régions flamandes, notamment la périphérie de Bruxelles, le littoral et la zone frontalière avec les Pays-Bas. Les candidats-acquéreurs doivent démontrer leur ancrage local pour acheter un bien, une condition décriée du côté francophone du pays.

Trends.be, avec Belga

La ministre l'a indiqué mercredi au Parlement flamand en réponse à une question d'un député de la N-VA, Wilfried Vandaele. Ce dernier s'étonnait de ce que certaines zones concernées par le décret l'appliquent aussi aux immeubles anciens, en contradiction selon lui avec l'esprit de la mesure. D'après lui, cette situation plonge "plusieurs centaines de milliers de personnes dans l'incertitude".Mme Van den Bossche a admis que le décret est censé s'appliquer uniquement aux nouvelles constructions et aux terrains à bâtir. Elle s'est déclarée prête à clarifier les choses.Baptisé "Wonen in eigen streek" ("Habiter dans sa région"), le décret vise à limiter les hausses de prix de l'immobilier dans certaines régions flamandes, notamment la périphérie de Bruxelles, le littoral et la zone frontalière avec les Pays-Bas. Les candidats-acquéreurs doivent démontrer leur ancrage local pour acheter un bien, une condition décriée du côté francophone du pays. Trends.be, avec Belga