Depuis les importantes inondations de juillet dernier, la prise en compte des zones inondables a changé drastiquement, puisque avant ces événements, environ deux tiers des candidats acquéreurs prenaient en compte ce critère. Les résultats de l'enquête illustrent aussi que lorsque près de 80% des sondés recherchent une nouvelle habitation, ils font particulièrement attention à l'indice de performance énergétique (dénommé PEB - performance énergétique des bâtiments - à Bruxelles, CPE - certificat de performance énergétique - en Wallonie et EPC en Flandre).

Il est même un élément décisif pour deux tiers des sondés. Ce critère pousse même des candidats acquéreurs à payer plus cher pour un bien. 35,5% des répondants sont prêts à payer entre 10.000 et 20.000 euros de plus pour un bien de 300.000 euros par exemple. Ils sont même 25% à proposer au moins 30.000 euros en plus.

Depuis les importantes inondations de juillet dernier, la prise en compte des zones inondables a changé drastiquement, puisque avant ces événements, environ deux tiers des candidats acquéreurs prenaient en compte ce critère. Les résultats de l'enquête illustrent aussi que lorsque près de 80% des sondés recherchent une nouvelle habitation, ils font particulièrement attention à l'indice de performance énergétique (dénommé PEB - performance énergétique des bâtiments - à Bruxelles, CPE - certificat de performance énergétique - en Wallonie et EPC en Flandre). Il est même un élément décisif pour deux tiers des sondés. Ce critère pousse même des candidats acquéreurs à payer plus cher pour un bien. 35,5% des répondants sont prêts à payer entre 10.000 et 20.000 euros de plus pour un bien de 300.000 euros par exemple. Ils sont même 25% à proposer au moins 30.000 euros en plus.