Le nombre de crédits hypothécaires a ainsi augmenté de 13% par rapport au premier trimestre 2015. La hausse est même de 30% en termes de montant.

"Les faibles taux d'intérêt ont incité davantage de candidats emprunteurs à franchir le pas vers le financement de l'achat ou de la construction d'une habitation propre", explique Ivo Van Bulck, secrétaire général de l'UPC, cité dans le communiqué.

Les crédits octroyés au cours du premier trimestre ont été contractés pour l'achat (hausse de 33% en nombre), la construction (+50%) et l'achat avec rénovation (+6%), tandis que la rénovation a enregistré un recul de 15%, note la Fédération belge du secteur financier.

L'organisation constate par ailleurs que les taux d'intérêts bas n'ont pas fait grimper le montant moyen du crédit, qui reste stable à 143.000 euros (en légère baisse) pour un achat et 151.000 pour un crédit à la construction.

Près de neuf emprunteurs sur dix ont opté pour un taux d'intérêt fixe ou un taux variable assorti d'une période de fixité initiale de 10 ans ou plus. Seul 1,5% des emprunteurs a encore opté pour un taux variable annuellement.

La forte augmentation des crédits hypothécaires est cependant à nuancer, car le premier trimestre de l'an dernier avait été marqué par l'abaissement du bonus logement en Flandre, qui avait amené les emprunteurs à financer leurs projets par anticipation en 2014.

Le nombre de crédits hypothécaires a ainsi augmenté de 13% par rapport au premier trimestre 2015. La hausse est même de 30% en termes de montant."Les faibles taux d'intérêt ont incité davantage de candidats emprunteurs à franchir le pas vers le financement de l'achat ou de la construction d'une habitation propre", explique Ivo Van Bulck, secrétaire général de l'UPC, cité dans le communiqué. Les crédits octroyés au cours du premier trimestre ont été contractés pour l'achat (hausse de 33% en nombre), la construction (+50%) et l'achat avec rénovation (+6%), tandis que la rénovation a enregistré un recul de 15%, note la Fédération belge du secteur financier. L'organisation constate par ailleurs que les taux d'intérêts bas n'ont pas fait grimper le montant moyen du crédit, qui reste stable à 143.000 euros (en légère baisse) pour un achat et 151.000 pour un crédit à la construction. Près de neuf emprunteurs sur dix ont opté pour un taux d'intérêt fixe ou un taux variable assorti d'une période de fixité initiale de 10 ans ou plus. Seul 1,5% des emprunteurs a encore opté pour un taux variable annuellement. La forte augmentation des crédits hypothécaires est cependant à nuancer, car le premier trimestre de l'an dernier avait été marqué par l'abaissement du bonus logement en Flandre, qui avait amené les emprunteurs à financer leurs projets par anticipation en 2014.