Il ne s'agit pas toujours de "cas graves" qui se sont par exemple rendus coupables de mauvaise gestion d'argent. La moitié des agents ont été rayés de la profession car ils ne disposaient pas d'une assurance en responsabilité professionnelle. "Nous réagissons fortement dans ce type de cas car ne pas disposer d'une telle assurance peut être désavantageux pour le consommateur", estime l'IPI.

D'autres personnes exercent de manière illégale la profession d'agent immobilier et utilisent des pratiques véreuses. Ils sont dans le collimateur du service dépistage de l'IPI. Si les preuves sont réunies en suffisance (rapports d'inspection de détectives privés, constatations d'un huissier, etc.), l'IPI se tourne vers le tribunal correctionnel ou le tribunal de commerce. L'institut obtient ne outre gain de cause : 35 fois l'an dernier et 22 fois en 2007.

A l'avenir, l'IPI veut se montrer plus transparent à l'égard de l'opinion publique. Les plaignants seront informés régulièrement de l'état d'avancement de leur dossier et les affaires judiciaires pourront être suivies via une rubrique spéciale sur le site www.ipi.be.

Trends.be, avec Belga

Il ne s'agit pas toujours de "cas graves" qui se sont par exemple rendus coupables de mauvaise gestion d'argent. La moitié des agents ont été rayés de la profession car ils ne disposaient pas d'une assurance en responsabilité professionnelle. "Nous réagissons fortement dans ce type de cas car ne pas disposer d'une telle assurance peut être désavantageux pour le consommateur", estime l'IPI.D'autres personnes exercent de manière illégale la profession d'agent immobilier et utilisent des pratiques véreuses. Ils sont dans le collimateur du service dépistage de l'IPI. Si les preuves sont réunies en suffisance (rapports d'inspection de détectives privés, constatations d'un huissier, etc.), l'IPI se tourne vers le tribunal correctionnel ou le tribunal de commerce. L'institut obtient ne outre gain de cause : 35 fois l'an dernier et 22 fois en 2007.A l'avenir, l'IPI veut se montrer plus transparent à l'égard de l'opinion publique. Les plaignants seront informés régulièrement de l'état d'avancement de leur dossier et les affaires judiciaires pourront être suivies via une rubrique spéciale sur le site www.ipi.be.Trends.be, avec Belga