En quatre ans, le secteur a perdu quelque 17.000 emplois, indique la Confédération Construction. En cause, la concurrence d'entreprises étrangères qui "en toute légalité appliquent des conditions salariales extrêmement basses, avec paiement des charges sociales dans le pays d'origine".

"En l'absence de mesures ciblées et proportionnées, nos entreprises n'auront d'autres choix que de recourir à la main d'oeuvre étrangère aujourd'hui disponible à des conditions salariales de 20 à 30% moins chères", signale la Confédération.

Le secteur applaudit toutefois l'absence d'un alourdissement de la TVA et la poursuite de la concertation avec la Premier ministre et le ministre de l'Emploi.

En quatre ans, le secteur a perdu quelque 17.000 emplois, indique la Confédération Construction. En cause, la concurrence d'entreprises étrangères qui "en toute légalité appliquent des conditions salariales extrêmement basses, avec paiement des charges sociales dans le pays d'origine"."En l'absence de mesures ciblées et proportionnées, nos entreprises n'auront d'autres choix que de recourir à la main d'oeuvre étrangère aujourd'hui disponible à des conditions salariales de 20 à 30% moins chères", signale la Confédération.Le secteur applaudit toutefois l'absence d'un alourdissement de la TVA et la poursuite de la concertation avec la Premier ministre et le ministre de l'Emploi.