Cette société, Renewable Energy Construct Arlon 67, dont la princesse Claire est administratrice déléguée depuis le mois de juin dernier, est propriétaire de bâtiments situés rue d'Arlon à Bruxelles. Le locataire de ces immeubles, une association qui regroupe des ONG actives dans le développement durable, conteste le montant exorbitant de la charge des coûts pour les nombreux bureaux vides dans le bâtiment.

En 2012, la dette globale de la société a atteint 2,9 millions d'euros. Renewable Energy Construct Arlon 67 a en outre enregistré une perte de près de 65.000 euros en 2012 et de plus de 71.000 euros en 2011. Un expert interrogé parle d'une situation de faillite virtuelle.

Etienne Davignon a donc été appelé à la rescousse pour tirer la société de l'embarras financier. Il estime toutefois que parler de faillite est "tout à fait prématuré" et assure être à la recherche d'une solution avec les locataires.

L'Institut royal pour la Gestion des Ressources naturelles et la Promotion des Technologies propres (IRGT), une autre association liée au prince Laurent, avait été mise en liquidation en 2012 après des déboires financiers, rappelle le quotidien économique. Le député Théo Francken (N-VA) dénonce quant à lui "le manque de clarté" des règles en ce qui concerne les activités parallèles de la famille royale.

Cette société, Renewable Energy Construct Arlon 67, dont la princesse Claire est administratrice déléguée depuis le mois de juin dernier, est propriétaire de bâtiments situés rue d'Arlon à Bruxelles. Le locataire de ces immeubles, une association qui regroupe des ONG actives dans le développement durable, conteste le montant exorbitant de la charge des coûts pour les nombreux bureaux vides dans le bâtiment. En 2012, la dette globale de la société a atteint 2,9 millions d'euros. Renewable Energy Construct Arlon 67 a en outre enregistré une perte de près de 65.000 euros en 2012 et de plus de 71.000 euros en 2011. Un expert interrogé parle d'une situation de faillite virtuelle. Etienne Davignon a donc été appelé à la rescousse pour tirer la société de l'embarras financier. Il estime toutefois que parler de faillite est "tout à fait prématuré" et assure être à la recherche d'une solution avec les locataires. L'Institut royal pour la Gestion des Ressources naturelles et la Promotion des Technologies propres (IRGT), une autre association liée au prince Laurent, avait été mise en liquidation en 2012 après des déboires financiers, rappelle le quotidien économique. Le député Théo Francken (N-VA) dénonce quant à lui "le manque de clarté" des règles en ce qui concerne les activités parallèles de la famille royale.