Selon les premiers chiffres recensés par Jones Lang LaSalle et diffusés vendredi par L'Echo, le take-up, soit la prise en occupation, s'est établi à 140.000 m² au premier semestre de 2010. A peu près quatre fois plus qu'au premier trimestre de l'an dernier. Si le marché continue sur sa lancée, ce chiffre pourrait annoncer un take-up annuel de 550.000 m², parfaitement dans la ligne des moyennes annuelles à long terme, poursuit L'Echo.

Il semble également que le marché bruxellois renoue peu à peu, pour ce qui concerne les loyers les plus élevés, avec les prix en vigueur avant le déclenchement de la crise financière. Le marché de l'investissement est quant à lui resté déprimé au premier trimestre de 2010. Les transactions ne sont pas nombreuses, ce qui ne fait pas l'affaire des courtiers où les effectifs ont été réduits, selon les cas, de 10 % à 30 %.

Trends.be, avec Belga

Selon les premiers chiffres recensés par Jones Lang LaSalle et diffusés vendredi par L'Echo, le take-up, soit la prise en occupation, s'est établi à 140.000 m² au premier semestre de 2010. A peu près quatre fois plus qu'au premier trimestre de l'an dernier. Si le marché continue sur sa lancée, ce chiffre pourrait annoncer un take-up annuel de 550.000 m², parfaitement dans la ligne des moyennes annuelles à long terme, poursuit L'Echo.Il semble également que le marché bruxellois renoue peu à peu, pour ce qui concerne les loyers les plus élevés, avec les prix en vigueur avant le déclenchement de la crise financière. Le marché de l'investissement est quant à lui resté déprimé au premier trimestre de 2010. Les transactions ne sont pas nombreuses, ce qui ne fait pas l'affaire des courtiers où les effectifs ont été réduits, selon les cas, de 10 % à 30 %.Trends.be, avec Belga