Cette présentation constitue une nouvelle étape significative du vaste projet de réorganisation de l'ensemble des activités et fonctions sur le plateau du Heysel voulu conjointement par la Ville de Bruxelles, propriétaire du foncier, et la Région bruxelloise, dans la cadre de son Projet de Développement International de Bruxelles.

Il s'ajoute au projet Néo 1 de construction, entre autres, d'un quartier commerçant, de 750 logements et d'espaces verts, de loisirs et de sports, confié il y a plusieurs au mois consortium Unibail-Rodamco-Besix. Ce volet du projet créera 3.000 emplois en Région bruxelloise.

Le Conseil d'Administration de NEO SCRL avait attribué en juillet dernier au consortium CFE/CofinimmoAteliers Jean Nouvel le marché public portant sur la construction et l'exploitation du centre international de convention de 5.000 places ainsi que de l'hôtel, prévus dans le cadre du projet Néo de réaménagement du plateau du Heysel à Bruxelles. Cette décision avait été prise au terme d'une mise en concurrence via la procédure de dialogue compétitif.

Selon le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, ce vaste complexe devrait être opérationnel d'ici 2022 ou 2023.

D'après l'architecte, Jean Nouvel, cet ensemble a été conçu en tenant compte de son environnement. Il constitue une réelle boîte à lumière. Fait de verre et d'acier, le bâtiment est organisé en terrasses afin de répondre à la déclivité du terrain. Il offrira aux congressistes une vue directe sur l'Atomium. La toiture proposera un jardin suspendu accessible à la fois aux congressistes et aux clients de l'hôtel. Le centre de convention pourra se moduler quasiment à l'infini afin de répondre aux besoins futurs des congressistes.

Au niveau 0, modulable et multifonctionnel, il y aura un centre de convention à part entière et un auditorium de 800 places.

Le niveau 1 hébergera les salles plénières de 3.500 places et 1.500 places, pensées comme des "boîtes à outils" autorisant des utilisations différentes et des transformations par ajout ou retrait d'espaces rabattables pour des configurations à la carte.

Au niveau 2, il y aura un hémicycle de 600 places divisible en deux espaces de 300 places chacun par une cloison mobile.

L'hôtel se déploiera en hauteur à l'extrémité nord du grand jardin terrasse formant la toiture du Centre de convention, le long de l'avenue Impératrice Charlotte. Les 250 chambres 4 étoiles offriront des vues imprenables dans l'axe de l'Atomium.

Le lobby principal de l'hôtel se trouvera au niveau du jardin terrasse et le dernier étage accueillera un bar avec vue panoramique et toiture animée.

Par ailleurs, les préparatifs vont bon train en ce qui concerne l'implantation des activités sportives dans le cadre du projet Néo 1.

Le parc sportif s'étendra sur 27 hectares. Il comportera notamment un terrain de rugby de 5.500 places, un stade de 4.000 places pour le hockey dont les amateurs disposeront de deux terrains synthétiques. Ces deux infrastructures respecteront les normes pour les compétitions internationales.

Tout a également été mis en oeuvre pour conserver une piste d'athlétisme de 400 m.

Le grand public aura quant à lui accès à deux terrains multisports, à un skatepark et à des aires de jeu pour enfants. Un parking souterrain de 200 places est prévu pour ces installations.

Si l'on en croit l'échevin de l'Urbanisme, Geoffroy Coomans de Brachène (MR), plusieurs demandes de permis ont déjà été déposées. Celles pour les stades de rugby et de hockey devraient être déposées d'ici la fin de l'année. Les travaux démarreront l'an prochain. Répartis en quatre phases, ils devraient s'étaler sur deux ans.