"Nous sommes déterminés à faciliter l'achat d'une première maison pour les Kiwis (Néo-Zélandais) et nous empêchons donc les spéculateurs étrangers à acheter des maisons et à faire grimper les prix", a communiqué la cheffe du parti travailliste dans une déclaration.

Son gouvernement va introduire un amendement dans le décret relatif aux investissements d'Outre-mer pour classer l'immobilier résidentiel comme "sensible" signifiant que seul les résidents peuvent devenir acquéreurs.

Les Australiens seront exemptés, de même que les Néo-Zélandais qui résident en Australie voisine.

La Nouvelle-Zélande a essuyé une crise du logement ces dernières années. Une immigration croissante a engendré une demande plus conséquente de logement, telle que le secteur de la construction ne peut pas suivre. Par conséquent, les prix des maisons ont grimpé de près de 50% au cours de la dernière décennie alors que la propriété a reculé, pour atteindre le niveau le plus bas depuis les 65 dernières années.

"Nous sommes déterminés à faciliter l'achat d'une première maison pour les Kiwis (Néo-Zélandais) et nous empêchons donc les spéculateurs étrangers à acheter des maisons et à faire grimper les prix", a communiqué la cheffe du parti travailliste dans une déclaration. Son gouvernement va introduire un amendement dans le décret relatif aux investissements d'Outre-mer pour classer l'immobilier résidentiel comme "sensible" signifiant que seul les résidents peuvent devenir acquéreurs. Les Australiens seront exemptés, de même que les Néo-Zélandais qui résident en Australie voisine. La Nouvelle-Zélande a essuyé une crise du logement ces dernières années. Une immigration croissante a engendré une demande plus conséquente de logement, telle que le secteur de la construction ne peut pas suivre. Par conséquent, les prix des maisons ont grimpé de près de 50% au cours de la dernière décennie alors que la propriété a reculé, pour atteindre le niveau le plus bas depuis les 65 dernières années.