Parmi les vingt-quatre projets nommés, on relèvera particulièrement celui des architectes danois C.F. Møller Architects. Nommés dans la catégorie " développement urbain ", ce bureau international a présenté son projet de la nouvelle Ecole internationale de Copenhague. Un bâtiment de 27.500 m2 situé au bord de l'eau, au beau m...

Parmi les vingt-quatre projets nommés, on relèvera particulièrement celui des architectes danois C.F. Møller Architects. Nommés dans la catégorie " développement urbain ", ce bureau international a présenté son projet de la nouvelle Ecole internationale de Copenhague. Un bâtiment de 27.500 m2 situé au bord de l'eau, au beau milieu de Nordhavn, le quartier futuriste de la ville. Outre l'audacieux parti pris architectural, la particularité tient surtout à son immense façade colorée, recouverte de 12.000 panneaux solaires. De quoi permettre la production de 300 mégawatts-heure, soit plus de la moitié de la consommation électrique de cette école de 1.000 étudiants. Un bâtiment précurseur donc, que le site Mother Nature Network a déjà décrit comme " l'un des cinq bâtiments à énergie solaire qui changeront l'architecture ". C'est la première fois que cette technologie de panneaux colorés est mise en pratique. Elle a fait l'objet d'une douzaine d'années de recherche au sein de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. De quoi permettre dorénavant l'utilisation d'une gamme de couleurs élargie. La technologie a été brevetée. Les panneaux solaires colorés sont désormais produits de manière industrielle en grands formats. Les concepteurs espèrent s'ouvrir à l'immense marché des tours, arguant que leur verre permet de produire de l'électricité et de l'eau chaude. Avec donc de belles économies à la clé. Par Xavier Attout.