La mutation des abords du canal commence à se matérialiser à Anderlecht. Près de 47 hectares doivent y être reconvertis, ce qui devrait amener, à terme, 11.500 nouveaux habitants. Le promoteur immobilier Atenor a donné ce jeudi le coup d'envoi de la... commercialisation du premier pan de cette importante reconversion. Pas encore de pelleteuses à l'horizon donc, même si le premier permis a été délivré. Il faut dire que, vu la localisation en pleine zone industrielle, le défi s'annonce complexe.
...

La mutation des abords du canal commence à se matérialiser à Anderlecht. Près de 47 hectares doivent y être reconvertis, ce qui devrait amener, à terme, 11.500 nouveaux habitants. Le promoteur immobilier Atenor a donné ce jeudi le coup d'envoi de la... commercialisation du premier pan de cette importante reconversion. Pas encore de pelleteuses à l'horizon donc, même si le premier permis a été délivré. Il faut dire que, vu la localisation en pleine zone industrielle, le défi s'annonce complexe.Atenor va y ériger un nouveau quartier mixte de 160.000 m2, dont 900 appartements, sur un terrain de 5,4 ha situé au croisement du boulevard industriel et de la rue du Développement. La construction de la première phase de ce site déjà dépollué (36.000 m2 répartis en 93 appartements, une maison de repos de 180 lits, une résidence service et 10.000 m2 d'activité économique et de petits commerces) débutera d'ici peu. Elle sera bouclée en 2018. L'ensemble du projet ne sera quant à lui pas terminé avant cinq à sept ans, la commercialisation des appartements dictant l'agenda. En jetant un oeil sur la maquette du projet, on y aperçoit huit bâtiments implantés autour d'un parc public, dont les hauteurs varient de rez +7 (côté boulevard) à rez + 14 (côté canal). Plusieurs bureaux d'architecture sont à la manoeuvre (ETAU et Marc Lacour dans un premier temps). L'objectif étant de créer une sorte de cité de l'architecture et de changer d'architecte lors de chacune des cinq phases... "Ce projet de reconversion d'un ancien site industriel (NDLR Univar) est capital pour nous, car il est précurseur sur le site du canal, précise William Lerinckx, executive officer chez Atenor. Le projet s'adapte en plus à la demande du marché et comprendra 60 % d'appartements deux chambres. Nous sommes à un kilomètre de la gare, en bordure du canal et à 5 min du ring. Bref, ce quartier est idéalement situé."Ce qui frappe particulièrement dans cette première phase est l'approche particulièrement offensive de la politique de prix. Histoire de séduire les candidats acquéreurs et de lancer le projet. La quinzaine de studios de la première phase est affichée à 110.000 euros, l'appartement une chambre 141.000 euros, l'appartement deux chambres 185.000 euros et le trois chambres à 272.000 euros. Le promoteur a négocié d'arrache-pied avec les deux sociétés en charge de la construction (Besix et Delens) pour atteindre des montants planchers. Le prix au mètre carré s'élevant en moyenne à 2.150 euros/m2. "C'est exceptionnel pour Bruxelles, explique l'administrateur délégué de Trévi Eric Verlinden, chargé de la commercialisation. Cela va faire le bonheur des investisseurs, qui ne courent absolument aucun risque en se lançait dans une telle opération. Avec un loyer de 500 euros par mois, vous atteignez rapidement un rendement de 4,7 %. C'est, de plus, un projet qui n'est pas conforme architecturalement à ce que l'on voit partout dans le sud de la capitale aujourd'hui. Bref, il a du potentiel." Les prix devraient repartir à la hausse dans les prochaines phases, mais ne devraient excéder 2.400 euros/m2. Rappelons que selon le bureau de Crombrugghe & Partners, les prix moyens pour du neuf à Anderlecht sont de 2.500 euros/m2. "Il s'agit en tout cas de la plus grande réalisation d'un projet mixte à la mode ZEMU, zone d'entreprise en milieu urbain, estime l'échevin de l'Urbanisme Gaëtan Van Goidsenhoven. Ce projet est aussi le premier à contribuer au renouveau des abords du canal à Anderlecht." Ajoutons qu'Atenor a accepté de financer la construction au coeur du quartier d'une école primaire de 24 classes (500 élèves) en tant que charge d'urbanisme.Xavier Attout