"Il y a déjà longtemps que nous nous inquiétons de l'évolution de l'emploi dans la construction. Depuis fin 2011, 17.000 emplois ont été perdus. Et il me faut malheureusement annoncer que la création d'emplois de la construction entre 2007 et 2011 a aujourd'hui complètement disparu", déplore Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction.

Durant la période de février à avril, le nombre d'autorisations de bâtir pour des bâtiments non résidentiels a connu une évolution positive, tant pour la construction neuve (+12% par rapport aux trois mois précédents, passant de 1.007 à 1.128 unités) que pour la rénovation (+7,3%, passant de 1.185 à 1.272), note la Confédération. Dans le résidentiel, si le nombre de permis a augmenté pour les rénovations (+6,2%, à 8.639 unités), il a toutefois diminué pour la construction neuve (-9,8%, à 10.045 autorisations).

Robert de Mûelenaere demande des mesures spécifiques pour le secteur en vue d'une véritable reprise et d'embauches supplémentaires, préconisant une baisse des charges de 6 euros par heure. "L'évolution des carnets de commandes me donne de l'espoir, mais la concurrence des entreprises étrangères reste forte", tempère-t-il.

"Il y a déjà longtemps que nous nous inquiétons de l'évolution de l'emploi dans la construction. Depuis fin 2011, 17.000 emplois ont été perdus. Et il me faut malheureusement annoncer que la création d'emplois de la construction entre 2007 et 2011 a aujourd'hui complètement disparu", déplore Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction. Durant la période de février à avril, le nombre d'autorisations de bâtir pour des bâtiments non résidentiels a connu une évolution positive, tant pour la construction neuve (+12% par rapport aux trois mois précédents, passant de 1.007 à 1.128 unités) que pour la rénovation (+7,3%, passant de 1.185 à 1.272), note la Confédération. Dans le résidentiel, si le nombre de permis a augmenté pour les rénovations (+6,2%, à 8.639 unités), il a toutefois diminué pour la construction neuve (-9,8%, à 10.045 autorisations). Robert de Mûelenaere demande des mesures spécifiques pour le secteur en vue d'une véritable reprise et d'embauches supplémentaires, préconisant une baisse des charges de 6 euros par heure. "L'évolution des carnets de commandes me donne de l'espoir, mais la concurrence des entreprises étrangères reste forte", tempère-t-il.