Il l'a démontré dans ces deux réalisations : l'ambassade belge à Kinshasa, dont la livraison est prévue en juin, est le premier bâtiment répondant aux standards passifs d'Afrique, l'ambassade belge à Rabat (Maroc) sera quant à elle le premier bâtiment zéro énergie (BREEAM) au monde. Un beau tir groupé pour ce bureau qui a toujours mis l'efficience énergétique au centre de son travail.
...

Il l'a démontré dans ces deux réalisations : l'ambassade belge à Kinshasa, dont la livraison est prévue en juin, est le premier bâtiment répondant aux standards passifs d'Afrique, l'ambassade belge à Rabat (Maroc) sera quant à elle le premier bâtiment zéro énergie (BREEAM) au monde. Un beau tir groupé pour ce bureau qui a toujours mis l'efficience énergétique au centre de son travail. " Le projet est de petite taille (1.700 m2) mais nous avons voulu y développer une architecture ultra-contemporaine, lance Grégory Mathy, partner du bureau A2M, qui déposera la demande de permis fin mai. Nous sommes partis de la structure traditionnelle du riad avec un patio intérieur pour ensuite réinventer le bâtiment. Il sera de plain-pied, de manière à créer une entrée monumentale. Les façades de l'édifice comporteront des lames de protection solaire verticales pour un rendu assez graphique. " Le bâtiment, qui sera construit dans le quartier huppé de Souissi, sera autonome en électricité et en énergie. Ce qui, contrairement à ce que l'on pourrait penser vu l'exposition solaire, est bien moins aisé à concevoir que dans nos contrées. " Le principal inconvénient est que nous ne pouvons revendre l'électricité produite, comme c'est le cas en Belgique, poursuit Grégory Mathy. Nous devons donc mettre en place un système performant de batteries. Il faut combattre le chaud plutôt que le froid. Cela nous pousse à sortir de notre zone de confort. On y retrouvera toutefois des concepts classiques tels que l'isolation, l'étanchéité à l'air, l'éclairage naturel ou les écrans de protection solaire. " Le groupe Willemen a de son côté emporté le marché de construction lancé par le Service public fédéral Affaires étrangères. Le chantier s'étalera sur 14 mois, livraison prévue à l'automne 2018. Le budget s'élève à 2,75 millions d'euros. Par Xavier Attout.