"Il a fait relativement calme jusqu'aux vacances de Pâques après quoi, La Panne s'est réveillée. Nous avons réalisé 15 ventes depuis la fin du congé pascal, une belle performance pour notre agence." Stefaan Berquin, gérant de l'Agence Leroy, dresse le bilan des cinq premiers mois de l'année et ne cache pas sa satisfaction.
...

"Il a fait relativement calme jusqu'aux vacances de Pâques après quoi, La Panne s'est réveillée. Nous avons réalisé 15 ventes depuis la fin du congé pascal, une belle performance pour notre agence." Stefaan Berquin, gérant de l'Agence Leroy, dresse le bilan des cinq premiers mois de l'année et ne cache pas sa satisfaction. D'après lui, l'immobilier de villégiature connaît un net regain d'intérêt à La Panne. Ce qui ne se traduit pas d'emblée par une hausse des prix. "L'érosion semble malgré tout prendre fin, dit-il. Les prix des appartements à La Panne étaient à la baisse depuis quelques années déjà. Ils ont tendance à se stabiliser pour la première fois depuis un bon moment." Les statistiques de prix des notaires pour 2018 font état d'une diminution des prix de 2,2% à La Panne jusqu'à un prix médian de 175.000 euros. La Panne est ainsi, avec Middelkerke et Blankenberge, la commune la moins onéreuse de la côte. Certes, sur la digue pannoise, le prix médian a connu une belle envolée jusqu'à 213.750 euros. Mais malgré ce rebond de 6,9%, la digue de La Panne est toujours la moins chère de toutes. Le prix médian d'un appartement en front de mer se situe à 250.000 euros sur l'ensemble du littoral. De l'avis de Stefaan Berquin, une correction des prix s'imposait pour permettre à La Panne de concurrencer à nouveau les autres communes côtières. "C'est un fait : nous attirons plus d'acheteurs pour qui La Panne n'est peut-être pas le premier choix mais qui apprécient son rapport qualité-prix." Confirmation de Vincent Beuten, gérant de l'agence immobilière Servimo: "Un appartement deux chambres avec vue frontale sur mer se négocie dans les 200.000 euros à la revente. Impossible de trouver moins cher ailleurs". Les deux agents ont une autre explication à la demande en hausse. "La nouvelle administration communale a initié une nouvelle dynamique, constate Vincent Beuten. L'engouement pour La Panne devrait encore s'intensifier dans les prochaines années." Le rajeunissement de l'équipe communale est positif aux yeux de Stefaan Berquin qui voit le vent tourner. "Le nombre de commerces vacants a diminué, par exemple. C'est bon signe. La valorisation de l'immobilier est possible, assurément, mais la situation est un facteur très important. En première et deuxième lignes, on est quasi certain que le bien conservera sa valeur, mais en troisième et quatrième lignes, la prudence s'impose." La vente bat son plein sur le marché du neuf également, assure Stefaan Berquin : "Les ventes sur plan ont à nouveau le vent en poupe. Ce n'était plus arrivé depuis un moment". Il cite l'exemple du projet Paddock le long de la Koninklijke Baan, qui entrera dans sa deuxième phase de construction en septembre et dont 20% des appartements ont déjà trouvé acquéreur. Les prix varient de 2.600 à 3.000 euros/m2. Le bureau d'études de Crombrugghe & Partners estime le prix moyen du foncier neuf à La Panne à 3.100 euros/m2, soit une baisse de 1,6% sur base annuelle.