Le nombre d'appartements neufs qui sont actuellement mis en vente à Bruxelles reste particulièrement fourni. Il n'y en a d'ailleurs jamais eu autant en même temps. La hausse démographique et la demande pour des appartements de qualité supérieure (avec de hautes performances énergétiques, des matériaux de qualité et une organisation des espaces plus optimale) restent des éléments moteurs, tout comme le fait que les promoteurs n'hésitent plus à mettre quelques dizaines d'appartements en même temps en vente lors de promotions d'envergure. De quoi faire quelque peu gonfler les chiffres.
...

Le nombre d'appartements neufs qui sont actuellement mis en vente à Bruxelles reste particulièrement fourni. Il n'y en a d'ailleurs jamais eu autant en même temps. La hausse démographique et la demande pour des appartements de qualité supérieure (avec de hautes performances énergétiques, des matériaux de qualité et une organisation des espaces plus optimale) restent des éléments moteurs, tout comme le fait que les promoteurs n'hésitent plus à mettre quelques dizaines d'appartements en même temps en vente lors de promotions d'envergure. De quoi faire quelque peu gonfler les chiffres. Le stock global est en croissance de 26 % sur un an, passant de 1.981 unités à 2.559 unités, selon les données trimestrielles livrées par le bureau de Crombrugghe & Partners, qui recense pour Trends-Tendances le nombre d'appartements neufs actuellement commercialisés. En matière de prix, ils sont en hausse de 3,9 % par rapport à l'an dernier. Le prix moyen d'un appartement neuf est aujourd'hui de 3.325 euros/m2. Celui qui veut acheter un appartement neuf à moins de 2.500 euros/m2 devra mettre le cap uniquement sur les communes du nord et de l'ouest de Bruxelles. Et encore, il devra chercher. " Cela ne représente plus que 15 % du stock global d'appartements mis en vente, note Michaël Zapatero, analyste pour le bureau de Crombrugghe & Partners. Pour un petit appartement de 80 m2 avec deux chambres, il faut déjà compter 250.000 euros, frais compris. " Ajoutons que la moitié du stock d'appartements mis en vente se concentre dans les communes du sud et de l'est de Bruxelles (soit sept communes). Relevons également que plus d'un appartement sur deux a une superficie entre 60 et 100 m2 et que seulement 20 % du stock s'étendent sur plus de 120 m2. Si on scrute le marché d'un peu plus près, on voit que les grandes tendances restent les mêmes que lors des analyses précédentes : Evere confirme sa bonne santé (ses prix ont grimpé de 5,3 % en cinq ans, plus forte hausse de la Région), alors que le succès d'entités comme Etterbeek, Saint-Gilles et Ixelles ne se dément pas, les prix continuant d'augmenter chaque année. C'est toujours à Uccle que le stock d'appartements mis en vente est le plus fourni (334 unités), mais il est rattrapé de près par Evere (288) qui effectue une percée de plus en plus remarquée. " Les promotions s'y multiplient, explique Michaël Zapatero. De nombreux promoteurs y sont présents. D'autant que le prix moyen y est encore abordable (3.100 euros/m2) par rapport à des entités telles qu'Etterbeek (4.150 euros/m2) ou Woluwe-Saint- Lambert (3.600 euros/m2), même si l'écart diminue. " Anderlecht, avec des projets tels que The Village (Artone), le Nautilus (Eaglestone), City Dox (Atenor) et The Yard (Alef Promo), dispose également d'un très important vivier (324 unités). Relevons aussi quelques particularités. Si Bruxelles-Ville a connu la plus importante hausse de prix ces cinq dernières années, passant de 3.025 euros/m2 à 3.450 euros/m2, c'est également le district qui a connu un effondrement de son stock. Un tiers est passé à la trappe sur cette même période (de 23.225 m2 à 7.900 m2). " Il faut surtout faire attention à ce que ce double phénomène de prix à la hausse et de stock en baisse ne mène pas à la gentrification du quartier, précise Michaël Zapatero. Il y a actuellement une proportion plus faible de projets décentralisés dans des quartiers plus compliqués (porte de Ninove et Rogier). Une commercialisation à mettre en parallèle de projets dans des quartiers plus centraux pour lesquels les candidats-acquéreurs sont prêts à mettre davantage d'argent pour les acquérir. " Les développements haut de gamme s'y concentrent donc, avec des projets tel que Jr. by Cosmopolitan (Besix Red) qui atteignent un prix de 4.200 euros/m2. Citons également le projet The K (Bouygues) et Canal District (Besix Red). Pour le reste, la nette augmentation du stock d'appartements mis en vente est à trouver dans les districts de Bruxelles-Est (Evere, Schaerbeek et Woluwe-Saint-Lambert), de Bruxelles-Ouest (Forest, Anderlecht et Molenbeek) et du sud de Bruxelles (Uccle, Auderghem, Boitsfort et Woluwe-Saint-Pierre). Nous avons déjà parlé d'Uccle et d'Evere. Pour Anderlecht, cette nouvelle offre est intéressante. " L'offre actuelle est plus variée avec des projets situés dans la périphérie verte et dans la zone du canal, note Michaël Zapatero. Ils représentent la majorité du stock. Dans le futur, la périphérie verte d'Erasme continuera à séduire mais ce sera surtout la zone du canal et les nombreuses promotions du quartier Biestebroeck (Key West de BPI, Riversquare de The Dock, Urbanities du groupe Boghossian) qui bénéficieront du dynamisme du quartier induit par la réalisation de City Dock (Atenor), City Gate (Willemen) et Nautilius (Eaglestone). "