Le marché immobilier bruxellois de l'habitation d'occasion tourne à plein régime depuis le début de l'année. Le nombre de transactions explose dans un marché essentiellement dominé par les investisseurs. Bonne nouvelle pour eux : selon le dernier baromètre du marché secondaire de l'appartement établi par le bureau d'expertise et de conseil en immobilier de Crombrugghe & Partners, les prix à la vente affichent une grande stabilité dans la capitale. De quoi, vu l'importante baisse des taux hypothécaires, permettre la réalisation de quelques très belles affaires.
...

Le marché immobilier bruxellois de l'habitation d'occasion tourne à plein régime depuis le début de l'année. Le nombre de transactions explose dans un marché essentiellement dominé par les investisseurs. Bonne nouvelle pour eux : selon le dernier baromètre du marché secondaire de l'appartement établi par le bureau d'expertise et de conseil en immobilier de Crombrugghe & Partners, les prix à la vente affichent une grande stabilité dans la capitale. De quoi, vu l'importante baisse des taux hypothécaires, permettre la réalisation de quelques très belles affaires. Une précision avant d'aller plus loin : le baromètre du bureau de Crombrugghe & Partners porte sur près de 80.000 annonces immobilières (34.060 à la vente et 46.635 à la location) publiées ces trois derniers mois sur le site Immovlan.be. Que retenir de ce baromètre ? Sur une base annuelle, les prix de référence sont à la hausse un peu partout, à l'exception de quatre communes. Et encore, seules les entités de Neder-Over-Heembeek (- 2,3%) et Ganshoren (-2%) affichent une baisse significative. Cela démontre en tout cas le redressement du marché dans son entièreté. Même Molenbeek-Saint-Jean est passée entre les gouttes de la contre-publicité liée aux attentats terroristes puisqu'elle n'affiche qu'une baisse de 0,3 %. Parmi les bonnes surprises, notons l'étonnant bond effectué par Jette (+ 6,4 % sur une base annuelle), la commune du nord de Bruxelles qui affiche le marché immobilier le plus dynamique avec 1.950 appartements actuellement mis en vente et un prix de référence des plus abordables de la capitale (164.000 euros). Si on étend l'analyse à toute la Région, Bruxelles-Ville et Uccle possèdent comme d'habitude le marché le plus fourni, avec un peu moins de 4.000 annonces. Alors que le prix de référence le plus élevé est bien évidemment à trouver à Uccle (248.000 euros). Une précision toutefois sur ce prix qui peut sembler bien bas : ce montant est le résultat de l'analyse globale du bureau de Crombrugghe & Partners qui porte sur des appartements standards de 80 m2. Vu que la superficie moyenne est de 134 m2 à Uccle, il vous faudra débourser le plus souvent près de 500.000 euros pour mettre la main sur un appartement. Sur le marché de la location, les mouvements sont par contre beaucoup plus importants. Auderghem, Woluwe-Saint-Lambert et surtout Evere ont connu de sérieuses corrections, voyant les loyers annoncés diminuer de 2 à 3 %. Jette affiche la plus importante hausse (4%), devant Etterbeek, Koekelberg, Uccle et Laeken (entre 2,5 et 3%). Enfin, en termes de rendement, si c'est toujours à Bruxelles-Ville et à Etterbeek que se négocient les montants locatifs les plus élevés (supérieurs à 1.000 euros, hors charges) pour un appartement standard de 80 m2, les rendements bruts les plus intéressants sont à retrouver à Haren et Molenbeek-Saint-Jean (4,7%). Notons que seules les communes du sud de Bruxelles affichent un rendement inférieur à 4 %. La plus importante hausse est à signaler à Etterbeek. Quant au nombre d'appartements actuellement présents sur le marché locatif, Ixelles explose toujours les compteurs avec plus de 13.000 annonces qui cherchent preneurs, loin devant Etterbeek (5.730 annonces). Le constat est donc clair : l'activité locative se concentre principalement dans le centre de la capitale. Par Xavier Attout