Il s'agirait d'une majoration de 20 % de la taxe d'habitation existante. Elle ne s'appliquerait que dans certaines zones où existe une forte concentration de secondes résidences qui ne sont pas louées, ce qui renforce la pénurie de logements. La presse hexagonale parle de 1.150 communes dans 28 agglomérations.

Cette surtaxe touchera tant les propriétaires français qu'étrangers. La mesure semble taillée pour permettre aux municipalités, qui en seront les bénéficiaires, de trouver les recettes qui leur manquent. L'affaire fait grand bruit dans un pays où le taux de secondes résidences est un des plus élevés d'Europe.

Il s'agirait d'une majoration de 20 % de la taxe d'habitation existante. Elle ne s'appliquerait que dans certaines zones où existe une forte concentration de secondes résidences qui ne sont pas louées, ce qui renforce la pénurie de logements. La presse hexagonale parle de 1.150 communes dans 28 agglomérations. Cette surtaxe touchera tant les propriétaires français qu'étrangers. La mesure semble taillée pour permettre aux municipalités, qui en seront les bénéficiaires, de trouver les recettes qui leur manquent. L'affaire fait grand bruit dans un pays où le taux de secondes résidences est un des plus élevés d'Europe.