Une situation qui pourrait perdurer jusqu'au 1er juin, date à laquelle une nouvelle réforme des droits d'enregistrement entrera en vigueur.

Pour rappel, le gouvernement flamand a décidé de diminuer le taux de 10 à 7 % pour l'achat d'un premier bien. Une mesure qui va encore accentuer la différence fiscale entre le nord et le sud du pays.

"Il apparaît clairement que les candidats acquéreurs ont reporté leur acte d'achat, explique Bart van Opstal, notaire à Ostende et porte-parole de la Fédération royale du notariat belge. Et cette tendance devrait encore perdurer quelques mois. Ce qui m'inquiète particulièrement dans ce manque de continuité fiscale, c'est de savoir si le retard accumulé pourra être rattrapé lors du second semestre. Et cela, je n'en suis pas certain."

A terme, cette diminution des droits d'enregistrement devrait toutefois dynamiser le nombre de transactions effectuées en Flandre (60 % des transactions belges) et rendre ce marché encore plus liquide.